Accueil / Actualités / Politique et économie / Antivirus Kaspersky Lab, le gouvernement des États-Unis interdit son achat
KasperSky Lab
KasperSky Lab

Antivirus Kaspersky Lab, le gouvernement des États-Unis interdit son achat

Le gouvernement des États-Unis a décidé d’interdire l’utilisation des logiciels de sécurité développés par l’entreprise russe Kaspersky Lab. La raison évoquée repose sur de possibles liens entre la firme et le Kremlin.

L’administration des services généraux américains a confirmé à l’AFP que Kaspersky Lab n’est plus un client de logiciel approuvé. Ceci signifie que les différents ministères du pays et les organismes fédéraux des Etats Unis ne sont plus autorisés a acheter des solutions de sécurité signées Kaspersky Lab

L’administration a indiqué

«Les priorités du GSA sont d’assurer l’intégrité et la sécurité des systèmes et des réseaux du gouvernement des États-Unis. Notre mission est également d’évaluer les produits et services disponibles sur nos contrats en utilisant des processus de gestion des risques de la chaîne d’approvisionnement»

Cette décision fait suite à des préoccupations concernant des collaborations possibles entre Kaspersky et la Russie. De récents rapports de certains médias américains, dont Bloomberg News, ont révélé que la société de sécurité avait des liens plus forts que ce que l’on croyait avec l’agence de renseignement russe, le FSB.

Kaspersky Lab et le gouvernement Russe, des liens étroits ?

Kaspersky Lab réfute en bloc ces accusations. Un communiqué sur son site Web précise que l’entreprise n’a pas ce qu’elle qualifie de liens « inappropriés » avec le gouvernement, ajoutant que cela ne fonctionne qu’avec des agences afin de lutter contre la cybercriminalité.

Bloomberg affirme cependant avoir des courriels internes dévoilant une preuve d’une «relation de travail étroite» entre Kaspersky et le FSB. Kaspersky réfute là encore l’information en indiquant que ces documents sont tout simplement «mal interprétés ou manipulés».

L’entreprise ajoute

« Lors d’une assistance aux enquêtes officielles sur de la cybercriminalité russe, conformément à la loi russe, nous proposons uniquement une expertise technique tout au long de l’enquête afin d’aider à attraper les cybercriminels. […]. Kaspersky Lab ne renseigne aucune agence gouvernementale, ni des autres parties, avec des informations sur l’emplacement des personnes. Nous ne rassemblont pas des «données d’identification des ordinateurs des clients». Ceci est techniquement impossible »

Enfin dans une publication sur son blog en date du 30 juin, Kaspersky Lab a écrit

 « Pour une raison quelconque, l’hypothèse continue de résonner, puisque nous sommes russes, nous devons également être liés au gouvernement russe. En tant que société mondiale , est-ce que quelqu’un peut penser sérieusement que nous pourrions survivre longtemps si nous étions un pion de TOUT un gouvernement ? « 

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

3 plusieurs commentaires

  1. Tres bien

    on sais que les boites ‘antivirus créent les virus pour mieux vendre
    en + le leur bouffe de la ressource a mort !

  2. pas besoin de créer des virus la CIA s’en charge
    tiens au fait , troublant non ? cette histoire au moment ou la CIA est mise en cause dans les cyber attaques

  3. C’est blizzard mais depuis cette annonce j’ai encore moins confiance en l’Amérique/ Europe.

    Je pense que dans le contexte actuel de mensonges généralisés envers les populations, que la Russie est une forme de « liberté » pour l’occident. Tout comme l’occident est une forme de « liberté » pour l’orient.

    Kapsersky garde ma confiance. Leur argumentation est crédible.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Etude - Estimating displacement rates of copyrighted content in the EU

Le piratage ne nuit pas aux ventes, une étude secrète de la Commission européenne est publiée

La député Européenne Julia Reda dévoile l’une des réalités du fonctionnement de ...

France - le plan Très haut débit

Top 50 des débits Internet, la France disparait du classement !

La France poursuit sa chute en matière de débits Internet. En l’espace ...

Donald Trump : 45ᵉ président des États-Unis depuis le 20 janvier 2017

Décret Trump sur l’immigration, les géants de la High Tech s’unissent

Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour que les idées du ...

banner