Accueil / Actualités / Politique et économie / Microsoft est moins cher que l’Open Source ?
Windows Vs Ubuntu

Microsoft est moins cher que l’Open Source ?

La politique tarifaire de Microsoft est critiquable face aux solutions concurrentes sous Linux et il n’y a pas de doute que, pour certains, l’achat d’applications proposée par la société de Redmond est impossible sans avoir prévu un budget spécifique et conséquent.  Mais Microsoft est-il vraiment plus cher que l’Open Source ? La réponse n’est pas si évidente.

Microsoft contre l’Open Source.

A première vue les produits Microsoft ne sont pas si accessibles que cela surtout dans le monde professionnel. Si vous êtes à la recherche d’une suite bureautique (sans besoin d’un accès à internet), Office Professionnel 2013 est proposé à 539 € contre 269 € pour sa version « Petite Entreprise ». Il s’agit ici de l’achat d’une licence pour un unique PC si bien que pour un parc de plusieurs dizaines de machines les couts explosent (5400 € pour 10 machines, 54 000 € pour 100 machines…). Devant ce simple constat, il parait évident, à première vue, que les produits Microsoft sont bien plus onéreux que leurs concurrents « Open Source » mais est-ce vraiment le cas ?

Windows 8.1 Pro

Selon Jon Creese, un officiel du gouvernement britannique, c’est tout le contraire. Les produits Microsoft (logiciels) sont en fait plus abordables que les solutions Open Source .  Une telle affirmation est surprenante car les logiciels Open Source sont par nature gratuits. Dans un communiqué il explique

Nous utilisons Microsoft [pour nos postes de travail]. Chaque fois que nous avons regardé du côté de l’Open Source, Microsoft s’est avéré moins cher.  Microsoft a fait preuve de souplesse et d’adaptation dans la manière dont nous appliquons leurs produits pour améliorer le fonctionnement de nos services, ce qui contribue à abaisser les risques. Le fait est que le coût réel et le coût total d’acquisition sont très différents.

Qu’est-ce que cela sous-entend ? Pour essayer de comprendre ce que Jon Creese souligne prenons l’exemple d’une entreprise en quête d’équiper 100 ordinateurs d’un système d’exploitation avec comme choix Windows 8.1 Pro (279 €) ou Ubuntu 14.04 LTS (0 €). Le contexte ici stipule que l’entreprise fonctionne déjà sous Microsoft avec par exemple un Windows XP, désormais à la retraite, installé sur tous les postes.

L’Open Source, des couts cachés.

Avec Microsoft,  l’entreprise devra faire face à une dépense immédiate de 27 900 € contre 0 € pour un passage sous Ubuntu. La deuxième solution se montre donc bien plus économique mais dans le monde de l’entreprise le bilan de s’arrête pas là.

Ubuntu

L’intention de déployer Ubuntu sur un parc de 100 PC n’est pas anodine et demande un soutien pour éviter que quelque chose se déroule mal et bien que  la communauté Linux fournisse un support riche et complet en répondant à toutes les questions cela demande du temps.  Les administrateurs (Windows) ne peuvent pas passer des heures et des heures à trouver des solutions sur des forums. L’entreprise devra donc soit embaucher un spécialiste de ce système d’exploitation soit s’offrir les services du support Canonical.  Dans les deux cas, des investissements sont nécessaires avec des coûts qui pourraient être plus important que l’achat de licences Windows (soutien professionnel à faibles frais). 

A ce premier constat s’ajoute la nécessité de former le personnel qui va devoir s’adapter à un changement de taille en passant de l’univers Microsoft à Linux. Là encore  un investissement est nécessaire de sorte que les employés puissent au mieux et de manière productive exploiter Ubuntu. Un certain temps sera demandé et des pertes de productivité sont inévitables durant quelques semaines.

Cette vision d’un abandon des produits Microsoft par une entreprise montre que Windows peut sembler être le produit le plus cher au départ mais le besoin d’un soutien technique de déploiement et de maintenance conjugué à une formation du personnel peuvent au final être onéreux.

Cependant bien que l’affirmation de Jon Creese est vraie d’un certain point de vue, une variable à nos yeux manque, celle des choix stratégiques d’une entreprise ou du gouvernement car en supposant que le passage à Ubuntu puisse au final étre plus onéreux que l’achat de licences Windows, l’entreprise gagne quelque chose qui n’a pas de prix, la liberté de ne plus dépendre d’une multinationale. C’est peut-être ce qui explique le choix des autorités allemandes d’avoir opté pour l’Open Source affirmant qu’un tel processus pourrait aider à économiser pas moins de 10 millions d’euros tout en apportant l’indépendance avec l’usage d’une plate-forme qui n’est pas entièrement contrôlée par une grande entreprise.

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

18 plusieurs commentaires

  1. En attendant ça c’est pour une entreprise. Pour unoparticulier, il est évidemment plus intéressant financièrement de choisir l’open source !

  2. Juste quelques remarques qui ont leurs importances : les coûts cachés de l’open source me semblent être un faux problème.
    “nécessité de former le personnel” : oui il y a des différences, mais si les gens utilisaient dès le début ces solutions ils n’y en aurait jamais eu besoin. Cela résulte de choix stratégique de l’entreprise (bon ou mauvais à vous de juger) qu’elle n’a plus qu’à assumer.
    “Les administrateurs (Windows) ne peuvent pas passer des heures et des heures à trouver des solutions sur des forums. L’entreprise devra donc soit embaucher un spécialiste de ce système d’exploitation soit s’offrir les services du support Canonical.” : à qui viendrait l’idée de faire appel à un maçon pour développer un site web avec Zend ? Suffit de prendre un administrateur linux à la place de l’administrateur windows ce qui n’impliquera aucun coût supplémentaire.

    Au final, le seul point bloquant que je vois se situe au niveau de l’utilisation de logiciels spécifiques liés à l’activité de l’entreprise (pilotage de machines outils etc) qui ne seraient pas portés sur les OS open source et qui ne pourraient être facilement migrés.

    Pour ma part, ayant débuter sur Windows XP puis 7 et migrés par la suite sur Ubuntu, je n’ai pas eu de soucis particulier et j’ai complètement abandonné les systèmes Microsoft sans aucun regrets.

    • Complètement d’accord avec monavis et matsuya.
      L’auteur parle d’une migration de xp vers windows 8, trouvez moi une personne lambda qui a toujours travaillé sur xp, d’être opérationnelle sur windows 8 sans formation… Ces deux OS sont tellement différent que même les plus geek d’entre nous se posent des questions tous les jours faces à Windows 8.
      Sans parler du fait que l’auteur oublie, à mon avis, de prendre en compte que le coût du changement de la configuration matérielle sera plus importante vers windows 8 que pour ubuntu, car ce dernier est moins gourmand en terme de puissance.

      Concernant les logiciels spécifiques à Windows, une machine virtuelle peut très bien faire l’affaire dans certains cas… (oubliez la config matérielle minimale ubuntu dans ce cas, je le reconnais…).

      L’accroche de l’article était bien, surtout en phase avec la “mort de XP” mais je trouve la réflexion de l’auteur pas assez approfondie malheureusement.

  3. Déja une administration publique n’est pas une entreprise privée dans le sens ou elle n’a que peut voire pas de compte à rendre ! Je ne connais aucune grande entreprise privée ayant fait le saut du Linux sur le poste de travail.
    Je fais partie d’un grand groupe et ces discutions avaient plus lieu à la fin des années 90 quand on avait du Windows 95/98. Malheureusement il n’y avait pas de solution bureautique au niveau de celle de Microsoft.
    Désormais avec Windows XP puis Windows 7 c’est terminé. Linux restera cantonné aux serveurs, appareils connectés, tel etc.

    • “Je ne connais aucune grande entreprise privée ayant fait le saut du Linux sur le poste de travail”
      Juste à ma connaissance je peux citer la gendarmerie nationale française et le gouvernement allemand. La Chine travaille sur un dérivé d’ubuntu pour ne pas avoir payer de nouvelle licence windows du fait de son important parc sous XP, et ce n’est pas impossible que certaines banques s’y mettent ou s’y soient mises pour leur DAB sous XP (ça me fait peur à chaque fois que je vais retirer 😉 ).
      Pour avoir réinstaller un Win 7 récemment pour une amie je peux vous dire que j’ai pleuré ; une après midi complète de mise à jour forcée (avec une très bonne ligne adsl) pour avoir à recommencer le lendemain suite à une infection par de multiples vers et virus via sa messagerie, avec pourtant un spybot et avira… La ou en 30min son pc aurait pu être installé, configuré et mis à jour en 30min.
      Je vous laisse faire le bilan…

  4. Les prix Microsoft sont pas tout a fait juste, il existe tous plein de formule, exemple les licences éducation et a 10% du prix normal pour tous les os et logiciel (office), les licence gouvernement a un peut plus (j ai plus les tarif en tête) mais beaucoup moins que le tarif normal , le volume peut faire baisser le prix. Du coup dans certain cas un la différence et encore plus petit.

  5. Tout cela est bien vrai pour les entreprises, sur le court terme. Sur le long terme, l’OpenSource est mieux : mises à jour gratuites à vie, alors que Microsoft Office par exemple, il faut repayer, pour Windows, passer de Windows XP à 7 et de 7 à 9 (Windows 8 n’étant pas productif) coûte un certain prix pour un grand parc de machines. Alors qu’Ubuntu, vous changez de version tous les 4 ans pour 0.00€. Et vous restez à jour durant toute cette période.

    Et autant changer d’OS maintenant. Certes la transition sera longue et coûteuse, mais après si LibreOffice disparaît par exemple, vous trouverez un remplaçant sans problèmes, alors que si Microsoft Office se met à jour (le fameux .doc –> .docx par exemple), tous vos fichiers seront obsolètes, à refaire, puis sans oublier d’acheter MS Office pour chaque machine, de prévenir les clients qu’ils doivent acheter très cher un logiciel pour rester compatibles…

  6. “Les administrateurs (Windows) ne peuvent pas passer des heures et des heures à trouver des solutions sur des forums.” >>> C’est pourtant ce que font les administrateurs Windows pour les problèmes Windows, même avec tout le support Microsoft disponible, faire appel à quelqu’un d’extérieur (MS ou autres) prend *DU TEMPS* … Il faut expliquer le problème, fournir des logs quand il y en a, faire du ping pong avec les différents interlocuteurs qui vont renvoyer la balle (en essayant, parfois à juste titre, de mettre en cause des logiciels tiers, l’environnement (technique) ou le fait que le produit ne soit pas “à jour”).

  7. on peut pas écrire un putain de commentaire sans que votre page se rafraîchi !
    Cet article est complétement biaisé, si on fait le calcul dans l’autre sens on pourra aussi dire que passer de l’open source à du microsoft ça coute plus chere.
    C’est à cause de ce genre d’article avec un titre pareil que le monde de l’open source rebute les utilisateurs lambda à ne pas essayer autre chose.
    Article très décevant, surement du à une grande méconnaissance du sujet…

    • “C’est à cause de ce genre d’article avec un titre pareil que le monde de l’open source rebute les utilisateurs lambda à ne pas essayer autre chose”, le titre a un point d’interrogation.
      “Article très décevant, surement du à une grande méconnaissance du sujet…” Ce n’est pas une vision de GinjFo mais une explication d’une argumentation d’un fonctionnaire d’état du Royaume Uni. la prudence est de mise et nous n’affirmons rien. Le sujet semble simplement intéressante surtout à l’heure où Microsoft abandonne des millions d’utilisateurs sous Windows XP.

  8. Personnellement, je trouve que Windows n’est pas cher.
    Dans mon entreprise je me suis occupé de la migration d’XP à W7. La majorité des pc qui fonctionnaient sous XP étaient tellement vieux qu’il fallait les changer. Donc j’ai profité de l’opportunité pour acheter de nouvelles machines avec une licence 7 pro déjà installée et le support pour le 8 pro (gratuit). Chaque pc m’a couté 350 € HTVA avec des I3 4 génération. (Merci Dell)
    L’installation c’est passée très rapidement tant des programmes que l’intégration des machines sur le serveur.
    Pour les utilisateurs rien n’a changés, Win 7 est aussi simple qu’XP. De plus, maintenant ils ont des pc beaucoup plus puissant.

  9. En toute objectivité, on doit bien reconnaitre qu’en entreprise Microsoft est bien implanté et ce grâce à des produits performants (Win7, exhange, Lync, etc.). Linux bien que n’ayant pas à rougir, restera cantonné au monde des particuliers. En effet, peu d’entreprises sont prêtes à prendre une solution ou la correction de bug et de failles de sécurité repose sur une communauté.

  10. C’est étrange, les ordinateurs d’entreprise sur Windows XP s’interrogent pour savoir s’ils doivent tourner sous open source ou garder une solution qu’ils devront encore changer dans dix ans et…. Magie, magie, on voit fleurir des articles de la sorte. Quand on vous dit que ce qui marche le mieux chez Microsoft c’est le service des ventes et de communication. ..
    Et puis pourquoi parler d’Ubuntu, alors qu’il existe des serveurs et des machines d’entreprise, très efficaces sous red hat? En fait, c’est un article pensé par Windows pour les utilisateurs de Windows qui croient, à tort, qu’il n’existe qu’une seule solution open source. Au travail, bande de fainéants!

  11. En tant que DI d’une PME <50, je peux dire que cela fait maintenant plus de 5 ans que nous avons fait cette migration avec succès ; pour rappel c'est à l'origine à cause de Longhorn (projet Vista qui avait été déjà à l'origine de la première annonce de l'abandon d'XP il y a plus de 5ans !) et d'une première opportunité offerte par notre comptable qui avait alors découvert les nombreux avantages d'une application OpenSI (Compta/Gestion) en remplacement d'un « Ciel » antédiluvien à la maintenance poussive et douteuse et surtout ne présentant aucune solution simple et souple d'évolution.
    Là : il suffisait d'un serveur LAMP et d'installer un Firefox sur n'importe quel ordinateur pour commencer à travailler. Ensuite tous les postes administratifs « clef » ont été équipés de terminaux à très faible coût (à l'époque 450€/poste + 250 pour la formation ) couverts immédiatement par de gros gains de productivité (avant c'était carnet à souche, marche à pied, quête du bon et stocks toujours approximatifs) ; enfin ce fut le tour du secrétariat qui à d'abord migré de Office à Oo sous Windows sans grand heurt puis de Win à Linux.
    Cela a évidemment coûté la place de l'administrateur réseau qui masquait son incompétence depuis longtemps par l'expression de doutes permanents sur la faisabilité de telle ou telle opération et nous avons maintenant une personne qui m'a du même coup appris le travail collaboratif mœurs quasi bannies auparavant.
    Aujourd'hui les frais de maintenance ont été divisés par 2 car nous disposons de quelques postes pré installés prêts à prendre le relais en cas de panne, les installations et mises à jour se déploient beaucoup plus rapidement nous n'avons plus qu'à surveiller les opportunités d'amendement par rapport à la distribution « maison » que nous utilisons.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Windows 8.1

Windows et KB4578013, quoi de neuf ?

Microsoft vient de publier une nouvelle mise à jour de sécurité, KB4578013. ...

Distribution Linux Ubuntu 20.04 LTS de Canonical

Ubuntu 20.04.1 est disponible en téléchargement, quoi de neuf ?

Canonical a récemment publié une nouvelle version de son système d’exploitation, Ubuntu ...

La part de marché de Windows est en baisse sur le marché des ordinateurs de bureau

Ordinateurs de bureau, Windows continue de reculer au profit de Linux !

Les derniers chiffres de NetMarketShare confirment une tendance inquiétante pour Microsoft. Windows ...