Accueil / Actualités / Science et technologie / Le Paradoxe de Fermi, des scientifiques s’interrogent, sommes-nous surveillés ?

Le Paradoxe de Fermi, des scientifiques s’interrogent, sommes-nous surveillés ?

La recherche d’une intelligence extraterrestre n’a pour le moment donnée aucun résultat probant. Cette absence de preuve nous amène à un paradoxe postulé par le physicien Enrico Fermi en 1950 lors d’une discussion avec des collègues. Des chercheurs tentent d’apporter une réponse surprenante laissant la possibilité que nous sommes déjà surveillés.

La Terre

Le voyage interstellaire est une nécessitée pour survivre.

Le voyage interstellaire pour une civilisation intelligente est inévitable pour qu’elle puisse assurer sa survie. Si nous prenons l’exemple de notre système solaire, notre soleil est aujourd’hui à la moitié de sa vie et d’ici un milliard d’année les symptômes de sa longue agonie vont se faire sentir.

Sa phase de géante rouge ne laissera que peu de change à notre planète bleue. L’homme devra alors coloniser d’autres mondes pour perdurer. Ce scénario est identique pour toutes les étoiles dont la mort est inévitable. Le voyage interplanétaire puis interstellaire est donc indispensable pour la survie de toute civilisation extraterrestre confrontée au même problème.

Le Paradoxe de Fermi

L’étude des possibilités de coloniser notre Galaxie révèle que 10 millions d’années sont suffisants pour qu’une seule civilisation puisse arpenter toutes ses planètes habitables.  Cette durée est très courte à l’échelle de l’âge de la galaxie, une dizaine de milliards d’années. Le paradoxe de Fermi est alors le suivant : puisqu’une seule civilisation extraterrestre peut coloniser en un temps assez court toute la galaxie, pourquoi ne nous a-t-elle jamais rendu visite ?

Sonder est prudent avant de partir.

Sondes extra-terrestres

Une équipe de chercheurs s’est interrogée sur la méthode à employer pour pouvoir sonder notre galaxy avant d’entreprendre un longue voyage. Ils ont retenu trois scénarios possibles que pourraient utiliser une autre espèce évoluée.

L’un suppose des sondes équipées d’un moyen de propulsion interne, l’autre s’appuie sur l’usage de la technique de « fronde gravitationnelle », la sonde utilise la gravitation des étoiles pour se propulser à très grande vitesse tandis que la dernière suppose l’usage de machines intelligentes capables de “s’auto-répliquer” au fil du temps.

Dans les trois scénarios, Ils constatent que l’usage de sondes « intelligentes» réduit considérablement le temps d’exploration, d’un facteur trois par rapport aux deux autres scénarios. Du coup ce serait le meilleur choix.

Sommes-nous aveugles ?

La réponse au Paradoxe de Fermi a alors quatre réponses possibles. Soit l’humain est le seule être intelligent de notre galaxie, il est donc seule avec toute la responsabilité que cela incombe, soit nous n’avons aucun intérêt pour nos voyageurs, soit il n’existe aucune civilisation suffisamment évoluée pour mettre en place une telle conquête ou encore que des sondes “auto-réplicantes” pullulent dans notre système solaires mais nous sommes aveugles….

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*