Accueil / Actualités / Science et technologie / Thomas Pesquet en balade dans l’espace, une caméra embarquée immortalise le moment
Spacewalker’s view - ESA
Spacewalker’s view - ESA

Thomas Pesquet en balade dans l’espace, une caméra embarquée immortalise le moment

A l’aide d’une caméra HD fixée sur sa poitrine, l’astronaute français Thomas Pesquet propose de l’accompagner durant sa première sortie dans l’espace. Les images sont magnifiques.

Spacewalker’s view - ESA

Le 13 janvier 2017, Thomas Pesquet a terminé sa première sortie dans l’espace. L’astronaute français, en mission actuellement dans la station internationale, était accompagné par l’astronaute Shane Kimbrough de la NASA.

Thomas Pesquet, sa première sortie dans l’espace

Cette sortie a été nécessaire afin de mettre à niveau un système d’alimentation.  Sa « promenade » a été enregistrée grâce à une caméra fixée sur sa poitrine à l’aide d’un boitier résistant aux conditions extrême de l’espace.

Aucun problème n’a été rencontré si bien que la sortie à durée presque six heures. L’objectif initial a été complété par de nouveaux travaux comme la récupération d’une caméra défaillante, l’installation d’un capot de protection sur un port d’amarrage inutilisé, le déplacement des « mains courantes » et la prise de photos de certaines installations extérieures pour un contrôle au sol.

Thomas Pesquet est arrivé dans la Station spatiale internationale (ISS) le 19 novembre dernier. Il doit passer six mois en orbite autour de la Terre dans le cadre de la mission « Proxima ».

Mission Proxima, de multiples objectifs.

La mission Proxima a pour but de recueillir un maximum d’informations et de résultats scientifiques afin de parfaire nos connaissances pour l’exploitation futures de vaisseaux spatiaux. L’agence spatiale européenne compte sur cette mission pour se préparer à de futurs voyages d’exploration dans le système solaire. A son sujet, elle indique

« La science sera au cœur de la mission Proxima avec 62 expériences coordonnées par l’ESA et le Centre national d’études spatiales (CNES). Ces expériences viseront à faire avancer la connaissance du corps humain, la physique et la biologie, et à démontrer de nouvelles technologies à bord de la Station spatiale internationale.

Thomas ne contribuera pas uniquement à la science européenne. Pendant sa mission Proxima, il prendra part à près de 55 autres expériences des agences spatiales américaine, canadienne et japonaise. »

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

banner