Accueil / Espace environnement / Green IT / Science et technologie / Disparition des abeilles, un mini-ordinateur Edison dans les ruches pour comprendre
Abeille

Disparition des abeilles, un mini-ordinateur Edison dans les ruches pour comprendre

Depuis 1998, il est constaté en France et dans le reste de l’Europe, un phénomène grave de mortalité anormale et récurant des colonies d’abeilles domestiques. Ce syndrome ne s’est malheureusement pas arrêté à ces contrées puisqu’il touche les Etats Unis depuis 2007 et l’Australie.

mini-ordinateur Edison

Dans l’état de Tasmanie au sud-est de l’Australie, un programme pilote est actuellement en cours afin de comprendre ce qui peut expliquer ces épisodes de mortalité. Il prend appui sur  mini-ordinateur Intel Edison et des micro-capteurs de la taille d’un grain de riz placés sur le dos des abeilles mellifères.

Mini-Capteur sur le dos des abeilles

Les scientifiques espèrent trouver une explication du déclin dramatique de cette espèce.

Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, une menace pour l’humanité

Cette tragédie écologique est prise très au sérieuse depuis des années car elle menace directement la production alimentaire mondiale.

Selon un rapport des Nations Unies, environ trois-quarts des cultures mondiales, ce qui inclut les fruits, les légumes et le café, dépendent de la pollinisation par les abeilles, les papillons, les coléoptères et autres espèces de pollinisateurs.

Le document explique que la production alimentaire mondiale, dont la valeur est estimée entre 235 et 577 milliards de dollars, repose sur les contributions directes des pollinisateurs, et notamment 20 000 espèces d’abeilles.

Le professeur Paulo de Souza, responsable scientifique de la CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organization) en Australie souligne

« Rien qu’aux États-Unis, les ruches mellifères déclinent d’environ 25 % par an […] Le déclin régulier des ruches a été observé depuis les années 40, mais la tendance s’accélère. […] Si nous perdons les abeilles, nous n’aurons plus de nourriture pour nos enfants. Nous n’aurons plus les moyens de nourrir la population. »

Devant ce constat, il ajoute alors

 « La seule question qui importe est de savoir pourquoi. »

Le monde scientifique n’a pas de réponse pour le moment. Il est admis qu’il s’agit probablement d’un cocktail de facteurs environnementaux citons le changement climatique, l’utilisation des pesticides, les maladies et les pertes d’habitat. Cependant, il n’y a pas de certitude et donc pas de réponse possible pour inverser la tendance.

Mortalité inexpliquée des abeilles, il faut comprendre

Paulo de Souza et son équipe cherchent donc des réponses à l’aide de plusieurs informations comme le temps passé à l’extérieur de la ruche, les échanges avec les autres colonies, les changements soudains de direction, etc.

Pour ce faire, leurs recherches s’aident d’un micro-ordinateur Intel Edison placé au cœur des ruches et de min-capteur sur le dos des insectes afin d’avoir de véritables plans de vol à l’image d’une boîte noire d’un avion.

A chacun de leur passage à la ruche, les informations récoltées sont transmises en Wi-Fi au CSIRO afin de concevoir des modèles 3D précis des déplacements des abeilles. Il y a aussi un suivi des facteurs environnementaux de la ruche à l’aide de senseurs complémentaires rattachés à Edison. Ils permettant de mesurer l’humidité, la température ou le taux de rayons ultraviolets émis autour de la ruche.

Il est expliqué

« Les abeilles étant des créatures prévisibles et régulières dans leur patient labeur de butinage, un changement important et rapide de comportement ou de vol indique à coup sûr chez elles un facteur de stress soudain ou une modification notable de leur environnement, et par conséquent une opportunité certaine pour les chercheurs de mieux comprendre les causes de leur disparition. »

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

4 plusieurs commentaires

  1. Mdr…

    « A chacun de leur passage à la ruche, les informations récoltées sont transmises en Wi-Fi au CSIRO »

    Alors que c’est justement les ondes qui grillent les abeilles (entre autre).

    :/

  2. C’est vrai que la confusion à propos du wifi et des abeilles et …comment dire…quelque peu maladroite.

  3. Bonjour ; je fais de l’apiculture (10 ruches) en grand amateur, et justement sur un site militaire ».
    Avez-vous des informations ou des liens voir des .PDF sur le sujet.
    Je ne suis nullement un soldat, j’ai un Doct en Environnement – dynamique des milieux.
    Je commence justement à regarder vers « les ondes et autre… ».
    Merci de votre accueil
    Dct / V jean-noël

  4. Et les insecticides neocotinoidiques, ça les détecte, ce système ?
    parce qu’il y a de très fort soupçons sur la nocivité de ces insecticides dans la chute des effectifs d’abeilles…
    Et pendant que des associations luttent pour les faire interdire en Europe (Pollinis par exemple), l’union européenne en autorise d’autres sans essais préalables !!!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Plastique du futur

Le plastique du futur, une percée à l’aide des bactéries

Une université travaille sur du plastique écologique. Un premier pas vient d’être ...

L’Internet peut-il devenir durable ?

PC contre smartphone, les bons choix pour économiser de l’énergie

Le réseau des réseaux propose d’innombrables services mais son fonctionnement et ses ...

Comment réduire son empreinte carbone sur le net

Mon PC, je me mets au vert en 2016, quelques bonnes actions !

Est-il possible d’avoir des gestes éco-responsables avec son PC ? La réponse est ...

banner