Accueil / Actualités / Divers / La montre verte : Pour connaitre l’heure et la qualité de l’air en milieu urbain

La montre verte : Pour connaitre l’heure et la qualité de l’air en milieu urbain

A l’occasion de la 1ère édition de “Futur en Seine”, la Fing et l’ensemble des partenaires du projet (la Région Ile de France, le pôle de compétitivité Cap Digital, les entreprises Altran, faberNovel, SFR, Xilabs, le laboratoire CITU et le Quartier Numérique) ont présenté une montre bien particulière : la Montre Verte.

Bien plus qu’un simple dispositif pour donner l’heure, elle mesure l’ozone et le bruit en milieu urbain et s’appuie sur la participation des citoyens pour multiplier par 1000 le nombre de capteurs environnementaux dans la ville.

La montre verte

Inspirée d’expériences menées à Londres, New York et San Francisco, le projet “Montre Verte / City Pulse” a donné naissance à une montre conçue par XiLabs. Elle est équipée de capteurs internes mesurant la qualité de l’air (ozone) et du bruit, d’un GPS et d’une puce Bluetooth.

Elle s’accompagne d’un téléphone mobile où une application JAVA, développée par SFR, permet à l’utilisateur de visualiser les mesures prises par la montre (communication Bluetooth), et de les communiquer à une plate-forme nommée ouverte City Pulse, conçue par ALTRAN Telecoms & Media qui stocke et gère les données.

Toutes les données sont totalement anonymes et peuvent être exploitées librement pour être projetées sur des cartes, utilisées dans des modèles, etc.

La montre prend des mesures et les enregistre à une périodicité programmée à l’avance ou bien à la demande de son porteur. Les données indiquent en temps réel si la qualité de l’air est  “bonne”, “correcte” ou “mauvaise”.

L’application embarquée restitue les mesures d’ozone et de bruit sous la forme d’un graphique circulaire. Représentant la forme d’un œil,  la couleur de la pupille varie en fonction de la qualité de l’air, et celle de l’iris en fonction du niveau de bruit. Ensuite les données sont transmises (en temps réel ou par synchronisation) via le réseau 3G+ de SFR à la plate-forme commune City Pulse.

SFR a également développé une fonctionnalité de géolocalisation des montres vertes en complément de la couverture GPS.

La plate-forme City Pulse enregistre alors toutes les données horodatées et géolocalisées. Elle offre aux internautes la possibilité de les explorer à travers un système de cartographie développé par le CiTu. Il est aussi possible de récupérer l’ensemble des données en différents formats pour faciliter leur intégration dans d’autres d’usages.

La Montre Verte s’inscrit dans une démarche d’évolution avec son format ouvert. Il est d’ors et déjà prévu une miniaturisation et l’intégration d’autres capteurs ainsi qu’un travail sur le côté esthétique et ludique.

La Fing tente à présent de fédérer d’autres villes européennes pour partager cette expérience.

Le 15 mai dernier à eu lieu la première expérimentation avec les habitants du 2ème arrondissement de Paris, dans le Quartier Numérique. Dans le cadre de “Futur en Seine” (du 29 mai au 4 juin), 30 prototypes de la Montre Verte ont été testés par certains membres du club écologique du collège Jean Moulin de Montreuil dans le 93, des chercheurs à la Cité des Sciences, et des visiteurs de la Wikiplaza, place de la Bastille. 

Pour en savoir d’avantage, c’est ici : La montre verte.

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Un commentaire

  1. Voilà une montre qui va être utile dans les années à venir car je pense que la pollution n’est pas prête de s’arrêter 🙁

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*