Accueil / Actualités / Logiciels / Jeux video / Jeu vidéo, le marché n’est pas protégé contre la récession
Evolution du marché du jeu vidéo - Ampere Analysis

Jeu vidéo, le marché n’est pas protégé contre la récession

Le marché du jeu vidéo devrait se contracter cette année. Selon une analyse l’effet COVID s’estompe et l’industrie doit se préparer à un recul de la demande.

Les chercheurs d’Ampere Analysis prévoient une baisse de 1,2% du marché en 2022. En clair le marché du jeu vidéo devrait passer de chiffre d’affaires de 191 milliards de dollars à 188 milliards de dollars. L’annonce est importante car la croissance était de rigueur depuis des années. Pour mettre les choses en perspective nous étions sur un chiffre de 95 milliards de dollars en 2015.

Evolution du marché du jeu vidéo - Ampere Analysis

Evolution du marché du jeu vidéo – Ampere Analysis

Ce ralentissement serait expliqué par des baisses dans les principaux secteurs du jeu et une forte inflation. Elle enclenche une hausse du coût de la vie et la mise en place de priorité.

Ampere ajoute que

  • Le jeu mobile devrait reculer de 1,3%. En baisse à 111 milliards de dollars cette année il serait la victime d’une refonte des paramètres de confidentialité qui impacte les modèles de publicité et d’acquisition d’utilisateurs.
  • Les jeux sur PC devrait reculer en raison de la fermeture des cybercafés en Asie ( pandémie)
  • Le marché des consoles devrait connaître une légère baisse en raison des problèmes de fabrication et des retards de sortie pour plusieurs titres phares jeux.

Cette étude confirme la posture du président de Take Two, Strauss Zelnick en mai dernier. Il a déclaré aux investisseurs que le jeu « sera affecté par un ralentissement global » tout en indiquant que l’industrie ne sera pas aussi durement touchée qu’en 2009. Tout le monde n’est cependant pas d’accord avec cette vision. La semaine dernière, le président de Nintendo, Shuntaro Furukawa a été plus optimiste avec ses actionnaires en déclarant

En termes d’impact de l’inflation mondiale sur nos activités actuelles, notre activité de divertissement n’a généralement pas été affectée par des considérations macroéconomiques.

Un commentaire

  1. Et cette étude démontre que cet article est un putaclic non ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*