Jeux video

Jeux vidéo, SEGA envisage un prix conseillé de 70 $

Nintendo a déjà adopté ce prix pour Legend of Zelda Tears of the Kingdom.

Sega envisage de suivre la tendance du marché du jeu vidéo concernant les prix. Une tarification de 70$ va probablement devenir la norme.

Le PDG de Sega Sammy Holdings, Haruki Satomi, et le directeur financier, Koichi Fukazawa, ont participé à une séance de questions-réponses le mois dernier. Elle a fait suite de la publication des résultats de l’entreprise. Une traduction anglaise des notes de l’événement est disponible depuis quelques jours. Une information a attiré l’attention des médias. Elle concerne le prix des jeux vidéo.

Depuis plusieurs moins l’inflation a gagné du terrain et a touché tous les pans de l’économie. Les différents éditeurs de jeux ont ajusté en conséquence leur PDSF (prix conseillé). Il s’agit normalement d’une augmentation traduisant simplement des dépenses croissantes liées au développement de nouveaux contenus, en particulier dans le secteur AAA.

L’équipe de direction de Sega a remarqué cette tendance et réfléchit aux options possibles. L’entreprise explique

Sur le marché mondial, les titres de jeux AAA pour console ont été vendus à 59,99 $ pendant de nombreuses années, mais les titres vendus à 69,99 $ sont apparus l’année dernière … Nous aimerions revoir les prix qui, selon nous, doivent étre proportionnels aux augmentations de tarifs, tout en gardant un œil sur les conditions du marché.

Nintendo a récemment rejoint Sony, Activision, 2K et Ubisoft pour augmenter le PDSF à 70 $, mais cette décision n’a affecté pour le moment qu’un seul jeu, le dernier opus de Legend of Zelda,  Tears of the Kingdom.

Afficher plus

Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

2 commentaires

  1. “Une tarification de 70$ va probablement devenir la norme.”

    C’est bien trop cher pour des jeux vidéo en kit (cf. DLC) finition
    pisse tandis que plus aucun éditeur de jeu vidéo ne conçoit son propre
    moteur de jeu et le secteur adopte massivement le moteur médiocre
    low cost Unreal d’Epic Games pour maximiser les profits et la
    rémunération des cadres dirigeants.

    J’imagine que depuis l’hystérie du CoViD et les pseudo-pénuries de
    semi-conducteurs ayant permis de gonfler les marges du cartel des
    cartes graphiques AMD/nVidia, les éditeurs du jeu vidéo s’imaginent
    pouvoir organiser un braquage du porte-feuille des joueurs au risque
    de donner une nouvelle impulsion au piratage soutenu notamment par
    la fédération russe en réponse aux sanctions internationales contre
    l’invasion de l’Ukraine.

  2. Pas tout faux mais alors :
    “le moteur médiocre low cost Unreal d’Epic Games”
    Avez vous vraiment bossé avec ?
    moi oui et … bref, sans commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page