Accueil / Actualités / Politique et économie / Hadopi : La CNIL autorise la surveillance des réseaux P2P

Hadopi : La CNIL autorise la surveillance des réseaux P2P

L’Hadopi et par conséquence la riposte graduée est entrain de se mettre en marche. La SPPF (Société Civile des Producteurs de Phonogrammes) indique par communiqué de presse avoir reçu le feu vert de la CNIL pour procéder à des collectes automatisées d’adresses IP d’utilisateurs mettant à disposition illicitement des œuvres sur les réseaux P2P.

Avec cette annonce la CNIL rend donc un avis positif sur le dossier de la société Trident Media Guard (TMG) en charge de repérer les adresses IP sur les réseaux P2P pour le compte de la SCPP (société Civile des Producteurs Phonographiques), la SPPF, la Société des Auteurs Compositeurs et Éditeurs de Musique (SACEM) et à la Société pour l’administration du Droit de Reproduction Mécanique (SDRM).

Une ultime étape est encore nécessaire avant l’envoie des premiers mails, celle de la publication des décrets au journal officiel.

OrangeEn attendant certains opérateurs comme Orange propose déjà, contre 2 € par mois,  une option de contrôle du téléchargement à ses abonnés. Il s’agit d’un simple logiciel qui interdit toute utilisation des réseaux P2P même pour un usage légal. Il n’est disponible que sous les systèmes d’exploitation Windows 2000, XP, Vista et Windows 7 en version 32 bits et 64 bits (interopérabilité inexistante donc) et offre une protection pour trois postes.

En contre partie de cette rémunération de 2 € par mois Orange bétonne sa “non responsabilité” en cas de problème avec l’Hadopi bien qu’il annonce « renforcez votre protection contre le téléchargement illégal ». A aucun moment l’opérateur présente cette solution comme un moyen d’éviter mails, lettre recommandée et coupure d’accès que fait peser l’Hadopi. 

Bref une solution payante à l’interopérabilité inexistante, qui coupe tout usage, même légal d’un logiciel P2P et qui semble ne pas être un moyen de sécurisation de sa ligne internet version Hadopi…

Source : PC Inpact / Divers

Un commentaire

  1. Dire qu’il suffirait d’informer les gens qu’il existe de la musique libre sur internet. De les inviter à partager plutôt que pirater.

    Un dossier complet sur toutes les solutions pour trouver de la musique sur internet.
    http://hors.norme.blog.free.fr/index.php?post/2010/05/29/Ou-trouver-de-la-musique-sur-internet
    :eek

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*