Accueil / Actualités / Politique et économie / Intel, la pénurie de puce va durer jusqu’en 2024
Intel
Intel

Intel, la pénurie de puce va durer jusqu’en 2024

Intel n’est pas optimiste concernant la production « High Tech ». Selon la firme il faut se préparer à vivre encore plusieurs mois voire années avec des problèmes de pénurie.

L’information a été lancée lors d’une interview accordée à CNBC. L’actuel PDG d’Intel, Pat Gelsinger, a déclaré qu’il s’attendait à ce que les pénuries de puces se prolongent, au moins jusqu’en 2024. Malheureusement, nous n’avons pas d’autre détail. En clair nous ne savons pas pourquoi le pessimisme est de rigueur hormis des soucis d’équipement qui vont diminuer la vitesse à laquelle de nouvelles usines peuvent être mises en service.

Intel explique que les dificultés d’approvisionnement en pièces et machines affectent tout le monde dont les entreprises à l’origine des différents types d’équipements nécessaires à la fabrication de semi-conducteurs. Le géant a déclaré

« C’est en partie la raison pour laquelle nous pensons que la pénurie globale de semi-conducteurs va maintenant dériver en 2024, par rapport à nos estimations antérieures en 2023, simplement parce que les pénuries ont maintenant touché l’équipement des usines.»

Intel, les pénuries vont se poursuivent

Intel est la première entreprise à avoir déclaré publiquement que la pénurie de semi-conducteurs va se prolonger plus longtemps que prévu. Beaucoup espéraient jusqu’à maintenant un retour à la normal d’ici la fin de l’année ou le début de 2023.

Le géant du processeur explique que la production assurée par ses propres usines n’est pas concernée. Par contre si les pénuries se poursuivent, elles pourraient avoir un effet d’entraînement plus important. Il concernerait alors un plus vaste écosystème dont Intel dépend. L’autre préoccupation concerne TSMC qui va probablement profiter d’une concurrence accrue mettant à rude épreuve ses capacités de production en particulier autour des prochaines avancées technologiques (finesse de gravure 5, 4 et 3 nm).

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Un commentaire

  1. La pénurie a bon dos pour masquer le rendement pourri du procédé de
    gravure 10 nm (aka Intel 7) d’autant plus au regard de la conception
    monolithique chez Intel.

    Par ailleurs, les ventes de PC s’essouflent non sans compter sur le
    succès discutable de Windaube 11 et du surcoût non négligeable de la
    DDR5…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*