Accueil / Actualités / Politique et économie / Megaupload : Kim Dotcom remporte une bataille, il peut attaquer les services secrets néozélandais

Megaupload : Kim Dotcom remporte une bataille, il peut attaquer les services secrets néozélandais

Le fondateur de Megaupload vient de remporter une bataille mais pas encore la guerre. La Cour d’appel autorise Kim Dotcom à poursuivre le gouvernement néo-zélandais.

Kim Dotcom, l’homme derrière l’un des services d’hébergement ayant été le plus utilisé au monde, Megaupload, est aujourd’hui poursuivi. L’acte d’accusation est lourd  puisque les dirigeants de cette plateforme auraient, en toute connaissance de cause, mis en place un système de rémunération insistant les internautes à envoyer des fichiers protégés par le « droit d’auteur ». En trois ans, plus de 9 millions de dollars auraient ainsi été reversés. Il est reproché à Megaupload de ne pas avoir respecté la loi DMCA. Cette dernière apporte toutes les informations concernant les obligations de notification et de retrait des contenus illégaux. L’entreprise n’aurait ainsi pas joué correctement le jeu en ne supprimant que les liens et non le contenu correspondant.

Depuis l’arrêt brutal du service en janvier 2012, une guerre juridique s’est enclenchée et Kin Dotcom vient de remporter une bataille.  La Cour d’appel vient de l’autoriser à  poursuivre le GCSB (Government Communications Security Bureau),  c’est-à-dire le Renseignement néo-zélandais et la police de Nouvelle-Zélande, pour écoute et surveillance illégales. Cette victoire lui donne la possibilité de demander des dommages et intérêts

Megaupload était un petit empire avec 175 millions de dollars de recettes depuis septembre 2005, dont 150 millions proviennent des abonnements « premium », et 25 millions des recettes publicitaires. Kim Dotcom aurait perçu 42 millions de dollars à lui seul. Son arrestation par la police néo-zélandaire, le 20 janvier 2012 à Auckland, faisait suite  à un mandat d’arrêt américain pour violation de copyright.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*