Politique et économie

Megaupload : L’affaire Mega Conspiracy

L’affaire Megaupload et les très nombreuses réactions qu’elle suscite laisse perplexe. Notre confrère Numerama livre son analyse de l’acte d’accusation.

Le fondateur et dirigeant Kim Dotcom de Megaupload risque gros. En attente de verdict de la justice néozélanaise il sera probablement extradé aux Etats Unis où il risque par le cumul des peines 60 ans de prison.

A la lecture des 72 pages de l’acte d’accusation, l’affaire Megaupload devient la « Mega Conspiracy ». Selon les informations avancées, les dirigeants de cette plateforme ont, en toute connaissance de cause, mis en place un système de rémunération insistant les internautes à envoyer des fichiers protégés par le “droit d’auteur”. En un peu plus de trois ans (entre mars 2007 et juillet 2010), 9 millions de dollars auraient ainsi été reversés. En parallèle, des  e-mails mettent en avant des pratiques répréhensibles de la part des dirigeants qui profitaient des contenus illégaux de leur plateforme à des fins personnelles tout en participant à son enrichissement.

Le procureur met en avant que Megaupload ne respectait pas la loi DMCA. Cette dernière apporte toutes les informations concernant les obligations de notification et de retrait des contenus illégaux. L’entreprise n’aurait pas joué correctement le jeu en ne supprimant que les liens et non le contenu correspondant.

Megaupload est un petit empire avec 175 millions de dollars de recettes depuis septembre 2005, dont 150 millions proviennent des abonnements “premium”, et 25 millions des recettes publicitaires. Kim Dotcom aurait perçu 42 millions de dollars à lui seul.

Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Un commentaire

  1. il faut sanctionner le trium vira “bouyguesfrorange” qui nous pigeonnes depuis plus de 15 ans, arrêtons de nous faire traire, il est temps de changer et d’aller chez freemobile!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page