Accueil / Actualités / Politique et économie / video autoplay, Facebook monétise la créativité de ses utilisateurs…sans partage ?

video autoplay, Facebook monétise la créativité de ses utilisateurs…sans partage ?

Les questions sur les capacités de Facebook à monétiser son audience ont désormais quelques réponses. Le plus important réseau social du monde compte bien profiter de la créativité de ses membres pour s’enrichir, comment ? Explication

Facebook video autoplay

Les annonces vidéo « autoplay » vont bientôt se généraliser sur Facebook. Après que le Wall Street Journal ait lancé l’information, le réseau social a rapidement pris la parole pour confirmer une sorte de première phase de test. Facebook a expliqué, ce mardi 17 décembre 2013,  qu’il va bien proposer des annonces vidéo « autoplay » dont les premières concerneront la promotion du film “Divergent”. Elles seront d’abord montrées à un petit nombre de personnes.

Facebook monétise la créativité des ses membres avec des vidéos en lecture automatique.

Les annonces seront lancées automatiquement mais sans l’activation son. Pour l’entendre, les utilisateurs devront cliquez ou appuyez sur la vidéo. A la fin de la lecture d’autres clips seront proposés. Facebook affirme que les vidéos ne seront jouées, sur des appareils mobiles, qu’à la condition qu’une connexion Wifi soit active.

L’art de la communication bat son plein puisque cette intrusion publicitaire et lucrative pour Facebook est présentée de la manière suivante.

Les annonces vidéo sont une nouvelle façon pour les marques de raconter des histoires sur Facebook.

Il n’est pas certain que les utilisateurs seront en mesure d’arrêter la lecture de ces vidéos en lecture automatique. Bien que le système est imposé, Facebook laisse la possibilité à ses utilisateurs, qui ne sont pas heureux de cette publicité dans leur flux,  de le faire savoir par écrit.

Il est certain que les comptes les plus actifs auront d’avantages de pertinence ce qui sous entend, que les plus importantes créativités des membres, sont en voie d’être habilement monétisées. Il reste à savoir si Facebook compte rémunérer leurs auteurs, ce qui, en pleine turbulence autour du droit d’auteur, serait une juste récompense. Ceci est d’autant plus important que les premières estimations sur les sommes attendues sont importantes. L’analyste Victor Anthony de Topeka Capital estime que Facebook devrait encaisser 900 millions de dollars de recettes annuelles supplémentaires grâce à ce système.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*