Accueil / Actualités / Politique et économie / Yahoo !, Bing doit rester le moteur de recherche
Yahoo !

Yahoo !, Bing doit rester le moteur de recherche

Microsoft ne semble pas vouloir perdre son partenariat avec Yahoo concernent le recherche sur le Web. Les deux entreprises pourraient concerner ce lien même en cas de rachat de Yahoo.

Logo Flat Design de Bing

Yahoo !, Bing doit absolument rester le moteur de recherche par défaut.

Selon un nouveau rapport Microsoft envisage d’apporter un soutien financier à un groupe d’entreprises qui envisage d’acquérir Yahoo ! pour une somme non divulguée. Le géant du logiciel ne souhaite pas prendre les commandes mais simplement assurer ses arrières au sujet de son partenariat mettant en avant son moteur Bing pour la recherche sur le Web.

Cet accord est important pour Microsoft car il a été l’un des catalyseurs de la croissance de Bing. Le moteur de recherche a enregistré et consolidé une belle progression de sa part de marché ces dernières années. Dans certaines régions, Bing incarne une véritable concurrence face à Google. Aux Etats Unis par exemple, les dernières statistiques dévoilent que Bing décroche 20% de part de marché, ce qui n’est pas anecdotique. Google se positionne aux alentours de 65%.

Yahoo ! et Microsoft, 10 ans de partenariat

Il n’est pas prévu que Microsoft se porte acquéreur de Yahoo ! bien que la question a été étudiée par l’ancien dirigeant de l’entreprise, Steve Ballmer. A l’époque, en 2008, une négociation a été tentée mais sans succès. Les pourparlers ont permis la signature d’un partenariat de 10 ans permettant au moteur Bing d’intégrer le module de recherche du portail Yahoo !. Depuis, il y eu des changements puisqu’en 2015, Yahoo a décidé de renégocier les termes de ce contrat avec le souhait que Bing ne soit plus le moteur de recherche exclusif.

Yahoo !, une valeur entre 10 et 32 milliards de dollars.

Il n’y a pas d’information sur les négociations en cours au sujet du rachat de Yahoo par un groupe d’entreprises. Il se dit que Yahoo ! est évalué à 10 milliards de dollars sans prendre en considération toutes ses services adjacents et filiales. Si les tractations actuelles visent un rachat total, le montant pourrait atteindre les 32 milliards de dollars.

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*