Accueil / Actualités / Science et technologie / Exoplanète et la vie, la NASA découvre une nouvelle planète Terre candidate, GJ 357 d, détails
Exoplanète GJ 357 d, Credits: NASA's Goddard Space Flight Center
Exoplanète GJ 357 d, une planète potentiellement habitable

Exoplanète et la vie, la NASA découvre une nouvelle planète Terre candidate, GJ 357 d, détails

Un nouveau système solaire vient d’être découvert par une équipe internationale d’astronomes. Il dévoile plusieurs planètes dont l’une est potentiellement habitable. Son nom ?  GJ 357 d.

L’annonce a été fait par la NASA sur son site Internet. Ce système solaire se situe à seulement 31 années-lumière de la Terre. En clair sa lumière met 31 ans pour nous parvenir. Il se continue de trois planètes en rotation autour d’une étoile, une naine rouge baptisée GJ 357.

Parmi ce trio, GJ 357 d attire toutes les attentions en raison de ses caractéristiques. Les chercheurs estiment que certaines conditions sont rassemblées pour que cette planète puisse abriter la vie. Les informations issues du satellite TESS dévoile une planète tellurique, de taille comparable à celle de la terre et ayant une température moyenne permettant à l’eau liquide d’exister. Ce dernier point est un élément essentiel et jugé indispensable au développement de la vie telle que nous la connaissons.

Transiting Exoplanet Survey Satellite

Le Transiting Exoplanet Survey Satellite (en français « Satellite de recensement des exoplanètes en transit »), plus connu par son acronyme TESS, est un petit télescope spatial consacré à la recherche d’exoplanètes lancé le . TESS a pour principal objectif de recenser de manière systématique les exoplanètes proches et de détecter plusieurs dizaines de planètes telluriques gravitant dans la zone habitable d’étoiles à la fois brillantes et proches.

Source: Wikipedia

GJ 357 d, une exoplanète où de l’eau liquide est possible

Exoplanète GJ 357 d, Credits: NASA's Goddard Space Flight Center

GJ 357 d évolue dans une région pas trop proche ni trop éloignée de son étoile si bien que sa température se situe aux alentours des -50 degrés. Si en théorie, il fait froid, il est tout à fait possible qu’une atmosphère dense puisse jouer un rôle d’effet de serre. Sur ce point Diana Kossakowski de l’institut d’astronomie Max Planck à Heidelberg, en Allemagne explique

« GJ 357 d est situé à la périphérie de la zone habitable de son étoile, où il reçoit environ la même quantité d’énergie stellaire de son étoile que celle du Soleil. Si la planète a une atmosphère dense, qui nécessitera des études ultérieures, elle pourrait piéger suffisamment de chaleur pour réchauffer la planète et laisser de l’eau liquide à la surface. »

Cette découverte suscite beaucoup d’intérêt mais demande des confirmations. La détection de GJ 357d a été fait par la méthode dite des « vitesses radiales ». Elle consiste à suivre et observer les évolutions de la lumière émise par l’étoile GJ 357 afin de dénicher tous changements de couleur provoquées par la présence en orbite d’un objet céleste imposant comme une planète.  Les chercheurs espèrent désormais pouvoir observer GJ 257d  via la technique du transit. Elle consiste toujours à observer les évolutions de l’étoile GJ 357 mais dans l’espoir que la planète passe devant cette dernière. Il sera alors possible de confirmer sa taille, sa densité et sa composition.

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Un commentaire

  1. Quand on dit « Une nouvelle planète potentiellement habitable » et que cette planète se situe à 31 années-lumière de la Terre, il faut bien comprendre qu’elle accueille peut être ou pourrait accueillir une forme de vie mais qu’en aucune façon l’être humain ne pourra un jour y poser le pied et y vivre. Pour des raisons techniques on ne pourra sans doute jamais aller beaucoup plus loin que les sondes déjà lancées, pour des raisons biologiques des voyages de plusieurs années lumières sont et resteront impossibles, sans parler des raisons « conjoncturelles » qui mettront peut-être un jour un terme à la recherche spatiale. La conquête de l’espace est donc et restera un mythe et cette « conquête » n’ira jamais au-delà des planètes environnantes. Ceci étant il est bien sûr intéressant de continuer à observer les planètes des galaxies lointaines, surtout celles susceptibles d’abriter la vie même si l’on ne pourra jamais vérifier, en s’y rendant, si elles sont « habitables » ou non. Toujours concernant les mythes, habiter sur Mars quand la Terre sera K.-O. me semble aussi quelque chose de totalement irréaliste ou, du moins, ne pourra concerner qu’une poignée de milliardaires et en aucune façon des millions ou milliards d’individus qui, eux, ne seront pas « transférables ».

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Hubble Legacy Field

eXtreme Deep Field, la NASA publie une image incroyable de notre univers

La NASA vient publier une impressionnante image de notre univers. Elle montre ...

Rover Curiosity sur Mars, Full-Circle Vista from 'Naukluft Plateau' on Mars

Mars, la Nasa publie une vidéo panoramique inédite prise par Curiosity

Le robot Curiosity aborde avec confiance et sérénité sa sixième année sur ...

Collision avec la planète Terre

Planète Nibiru, La NASA est formelle la « fin du monde » n’aura pas lieu le 23 septembre 2017

L’agence spatiale américaine, la NASA a dû sortir du silence pour apaiser ...