Science et technologie

La comète 67P / Churyumov-Gerasimenko cache de la vie extraterrestre ?

Depuis le mois d’aout 2014, le sonde Rosetta, de l’Agence spatiale européenne, est en orbite autour de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko. Le couple fonce vers le système solaire interne. Il est actuellement à 198 millions de kilomètres du Soleil et se déplace à la vitesse de 33 kilomètres par seconde.

Rosetta / Philea

Les données et les images renvoyées par Rosette au cours de ces dernières mois indiquent que la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko n’a pas un simple rocher de l’espace Elle dispose de plusieurs particularités géologiques dites “déroutantes”. Sa croute de couleur noire est un lieu riche en éléments organiques et des dépôts de glaces d’eau ont été découverts. La mission Rosetta n’a jamais été programmée pour rechercher de la vie extraterrestre. Deux scientifiques affirment que les données récoltées sont des indices forts autour de l’hypothèse que des micro-organismes étrangers pourraient être présents, une explication radicale pour comprendre les propriétés “bizarres” de la comète.

Comète 67P, un lieu accueillant pour la vie ?

Dans un rapport publié ce week-end, les chercheurs Max Wallis de l’Université de Cardiff et Chandra Wickramasinghe du centre “Astrobiology” de Buckingham estiment que l’étrange apparence de la comète indique qu’il y a probablement de la vie microbienne sous sa surface. Les astronomes font également référence aux jets observés par la sonde Rosetta, à la présence de glace d’eau et aux éléments organiques détectés.

Max Wallis souligne à ce sujet

“Rosetta a déjà montré que la comète ne pas être considérée comme un corps inactif complétement gelé. Au contraire elle dévoile des processus géologiques et un contexte accueillant pour une micro-vie à l’image de ce qu’il est possible d’observer sur Terre e, Arctique et Antarctique.”

Si la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko cache vraiment des colonies de micro-organismes exotiques, les deux scientifiques estiment qu’ils ont du évoluer afin de produire des composés spéciaux afin de survivre aux températures extrêmes de l’espace.

Le grand problème cependant et que les hypothèses formulées ici ne pourront pas être vérifiées par Rosetta car comme souligné la sonde n’a pas été conçue pour découvrir de la vie extraterrestre…

Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page