Science et technologie

Mars et la vie : les espoirs sont permis malgré l’absence de méthane

Le robot Curiosity est en mission sur Mars depuis plus d’une année maintenant et ses nombreuses analyses de l’atmosphère laissent un sentiment « amer » pour les scientifiques. L’absence de méthane serait une preuve que la vie n’existe pas sur la planète.

Ares Vallis sur Mars

Selon Curiosity, il n’y a pas de méthane dans l’atmosphère de Mars.

Le rover Curiosity de la NASA parcourt le sol de la planète Mars depuis 13 mois maintenant et son analyse minutieuse de la fine atmosphère de la planète indique aucune trace de méthane, un gaz considéré comme précieux pour la découverte d’une trace de vie. Ce constat met également un « holà » aux nombreuses allégations évoquant  qu’occasionnellement la planète enregistrait des «panaches» de méthane à sa surface.

Tout le monde n’est cependant pas d’accord avec ces conclusions tranchées. Les données renvoyées par Curiosity ne seraient pas suffisantes par conclure définitivement que Mars est dépourvue de méthane ou de vie. Elles sont cependant un sacrée coup de frein à l’enthousiasme créé par d’autres rapports dévoilant que de l’eau et de l’oxygène ont été présents en abondance dans le passé.

L’absence de méthane, une preuve que la vie sur Mars n’existe pas ?

Pour Christopher Webster, un scientifique du laboratoire Jet Propulsion de la NASA à Pasadena, en Californie, Curiosity est une première et ses données sont aujourd’hui les plus fiables car il est à l’origine des « premières mesures de la surface martienne ». A ses yeux, « C’est un gros avantage » car les observations de Mars depuis la Terre, laissant suscitées des doutes sur la présence de méthane, sont confrontées à de nombreuses interférences comme l’épaisse couche atmosphérique de notre planète.

Le planétologue Michel Cabanne, du laboratoire Atmosphères, milieux et observations spatiales (Latmos) surenchérit en soulignant que les six mesures réalisées par Curiosity entre octobre 2012 et juin 2013 dans le cratère Gale dévoilent une concentration de ce gaz dans l’atmosphère inférieure à une partie par milliard soit «  six fois plus faible, au minimum, que les mesures réalisées depuis la Terre ou par les sondes en orbite martienne» indique-t-il.

Planète Mars

Mars et la vie, des espoirs sont permis.

Tous les espoirs ne sont cependant pas perdus puisque Michel Cabanne rajoute « Bien sûr, Curiosity va poursuivre ses mesures pendant le reste de l’année martienne, car pour le moment nous n’avons pu observer que du printemps à la fin de l’été » mais la raison semble déjà la plus forte « Les mesures de Curiosity sont conformes à ce que l’on sait de la planète rouge. C’est l’annonce de détection de méthane en 2004 qui était surprenante. Mars n’est pas supposé avoir une activité volcanique, et encore moins biologique. ».

De son coté, Michel Meyer,  le responsable à la Nasa de l’exploration de Mars laisse planer des doutes avec l’espoir d’une possible vie Martienne. Il souligne « Le résultat de Curiosity réduit la probabilité qu’il existe actuellement des microbes martiens producteurs de méthane, mais cela ne concerne qu’un type de métabolisme. Comme nous le savons, il y a beaucoup de types de microbes terrestres qui ne produisent pas de méthane. »

Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page