Accueil / Dossiers / Tests matériel / Composants / Boitiers / Cosmos C700M de Cooler Master, le test complet
Boitier Cosmos C700M de Cooler Master
Boitier Cosmos C700M de Cooler Master

Cosmos C700M de Cooler Master, le test complet

Cosmos C700M, conclusion.

 

Boitier Cosmos C700M de Cooler MasterCooler Master propose, avec ce Cosmos C700M, un boitier tour grand format regorgeant de fonctionnalités. Il reprend l’ADN de cette famille tout en apportant de la modernité. Le RGB est exploité en externe le long d’une robe travaillée mariant plastique, Metal Mesh et aluminium brossé. Le look profite de panneaux latéraux incurvés, de larges poignées de transports et d’assises ou encore de verre trempé.

L’architecture est moderne mais surtout hautement modulable avec la possibilité de faire une rotation au plateaux à carte mère et de déplacer les supports de stockage et la carte graphique. Cette dernière profite d’un montage à la verticale ou de manière inclinée tandis que le câble Riser est disponible en bundle.  L’équipement n’est pas en reste avec quatre ventilateurs de 140 mm en action, un rhéobus, un panneau de contrôle RGB ou encore de l’USB 3.1 et 3.1 Gen 2 Type-C.

Les possibilité d’intégration sont nombreuses mais le montage demande du temps. Sur la question des performances, nous avons une ventilation capable de répondre à des besoins standards mais sans décrocher des records.  Cooler Master a en réalité privilégié le silence et notre bilan le prouve. Avec du 1200 rpm au maximum, les ventilateurs sont discrets tandis que l’architecture étouffe correctement le bruit de nos composants internes.

Nous n’avons pas grand-chose à reprocher à ce Cosmos C700M. L’engin est une véritable vitrine proposant les dernières tendances et innovations au travers d’un châssis modulable et d’une architecture originale et généreuse. Il souffre cependant d’un tarif très élevé de 439.99 €. A un tel prix, il se positionne bien en dessus de la concurrence comme le Dark Base Pro 900 Rev 2.0 ayant également un équipement conséquent et une architecture hautement modulaire.

Cooler Master annonce le lancement du Cosmos C700M, un boitier grand format regorgeant de fonctionnalités et positionné sur le haut de gamme. Son design n’est pas inconnu puisqu’il s’inspire fortement de celui de son grand frère le Cosmos C700P.  Nous avons droit à de petits changements cosmétiques, à l’adoption de l’ARGB, à un haut degré de modularité ou encore d’un bundle disposant d’un câble Rizer,  d’un « cable management » profitant de «  Cable Clips » issus du monde des serveurs et enfin à plusieurs choix pour positionner sa carte graphique. Sur le papier, ce Cosmos C700M s’annonce haut de gamme mais surtout…

Passage en revue

Silence
Refroidissement
Prestation / Prix

Une vitrine et un prix

Résumé : Ce Cosmos C700M est boitier très haut de gamme signé Cooler Master. Véritable vitrine de son catalogue, il regorge de fonctionnalités tandis que son équipement est très complet. RGB, Rhéobus, quatre ventilateurs de 140 mm, câble Riser, support de montage vertical pour la carte graphique, architecture modulable et transformable ou encore verre trempé, aluminium brossé et Métal Mesh sont quelques une de ses caractéristiques. Sa ventilation propose un bilan correct sans toutefois se distinguer. Cooler Master a opté d’avantage pour le silence et nos tests le prouvent. Au final, ce Cosmos C700M profite d’un design très travaillé, d’une robe complexe mariant différentes formes et matériaux et se vante d’une architecture capable de s’adapter aux besoins. Il souffre cependant d'une tarification conséquente, le positionnant sur un marché de niche. Il est annoncé à 439,99 €.

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

2 plusieurs commentaires

  1. Beau boitier (merci pour le test, très complet comme d’hab) mais le prix……..

  2. Comme toujours superbe test. Il est important de préciser que le boitier accepte en façade deux lecteurs optiques format 5.25 , chose de plus en plus rare de nos jours. L’accès ce faisant en inclinant le cache de la façade avant vers le bas.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*