Accueil / Dossiers / Tests matériel / Composants / Boitiers / Deep Silence 1 : Un boitier bien armé contre le bruit

Deep Silence 1 : Un boitier bien armé contre le bruit

Une fois désarmé de ses panneaux latéraux, le Deep Silence 1 dévoile son architecture interne.

Deep Silence 1 : Architecture interne

Elle repose sur un schéma classique avec d’un côté la carte mère surplombant le bloc d’alimentation et de l’autre une colonne regroupant les baies 5,25 pouces et les emplacements 3,5 pouces.

Deep Silence 1 : trois cages à disque dur

En revanche, nous avons un haut degré de modularité puisque les huit emplacements 3,5/2,5 pouces se répartissent dans trois cages amovibles.

Deep Silence 1 : Modularité des cages à disques dursDeep Silence 1 : Modularité des cages à disques durs

 

Deep Silence OneLes combinaisons d’organisation sont dès lors multiples puisque selon le nombre d’unités de stockage et les besoin en refroidissement de la carte graphique, il est possible d’avoir une colonne, deux colonnes ou encore une colonne mais décalée par rapport à l’avant du boitier.

Ceci rend possible le montage d’un radiateur (120 ou 240 mm) de watercooling en interne devant les deux ventilateurs de 120 mm avant.

Chaque cage bénéfice de berceaux équipés d’œillets en caoutchouc pour isoler le châssis des vibrations du disque dur.

Remarque : Nous avons quelques doutes concernant la rigidité de la deuxième colonne. L’empilement des cages repose uniquement sur une fixation à languette. Il est facile de faire vaciller l’ensemble avec la main. Nous testerons cette combinaison avec l’usage d’un disque dur Barracuda XT 2To pour en avoir le cœur net.

Deep Silence 1 : Fixations rapides

Nous remarquons trois emplacements 5,25 pouces externes avec fixations rapides (des deux côtés !).  Le passage des câbles est assuré par sept orifices sur le plateau à carte mère.

Deep Silence 1 : Plateau à carte mère

De même, il sera assez facile d’installer un ventirad CPU alternatif grâce à une large ouverture.

Deep Silence 1 : Gestion de la ventilationLa documentation du boitier stipule une compatibilité ATX, Micro-ATX et mini-ATX avec la présence de trois ventilateurs dont un 140 mm à l’arrière et deux 120 mm à l’avant. Leur gestion est assurée par deux potentiomètres. Au total, six ventilateurs peuvent être régulés. Le câblage repose sur deux trios de connecteurs 3-pins et une alimentation générale de type Molex (18 watts par canal).

Un « cable management » assez basique permet d’organiser le rangement.

Deep Silence 1 : Emplacement du bloc d'alimentation

Le bloc d’alimentation repose sur deux pieds caoutchoutés et un cadre en mousse l’isole de la partie arrière du châssis, le tout surmonté par huit slots d’extension.

Deep Silence 1 : Slots d'extension arrière

De base, le Deep Silence One prend en charge une carte graphique de 315 mm de long. En supprimant les cages à disques durs, l’espace disponible passe à 445 mm. De plus, un ventirad CPU de 185 mm de hauteur est accepté.

Le refroidissement peut être enrichi d’un ventilateur de 120 ou 140 mm sur le bas. Dans ce cas, il faut démonter le rail de fixation dédié aux cages à disques durs. Le bloc d’alimentation ne devra pas dépasser les 180 mm de profondeur avec un ventilateur de 140 mm et 190 mm avec un 120 mm.  De même, la cheminé à air est à ouvrir si deux ventilateurs de 120 ou 140 mm sont installés sur le haut tandis qu’un 120 mm peut aussi prendre place sur l’un des panneaux latéraux.

En conclusion, le Deep Silence One regorge de fonctionnalités. Nous avons apprécié les fixations rapides des deux côtés pour les unités 5,25 pouces, la grande modularité des cages à disques durs, l’agencement général, les sept orifices pour le passage des câbles ou encore un cheminée à air et deux potentiomètres pour la gestion d’un total de six ventilateurs. Il combat le bruit par des œillets en caoutchouc au niveau des disques durs, un bloc d’alimentation prenant appui sur des pieds caoutchoutés et un cadre en mousse, des panneaux latéraux et une cheminée doublée d’une couche de bitume, deux portes avant avec mousse et trois ventilateurs à faible vitesse de rotation.

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

3 plusieurs commentaires

  1. Merci et bravo de ce test, excellent et fort complet comme tous ceux que j’ai pu lire ici !!

    Me manque une petite info , pourriez-vous m’éclairer ? Pour ma prochaine config’, je tiens absolument à délaisser les gros ventirads et à passer au watercooling CPU tout intégré, avec un radiateur en 240 idéalement, en 120 à la rigueur .

    Ce genre se solutions s’intégrera t’il facilement dans ce joli boitier ?
    Si oui, avec un système en push-pull soufflant vers l’extérieur (par exemple sous la “cheminée ), ou bien seulement en façade et donc en interne – ce que j’aimerais éviter ?

    Merci si vous pouvez me répondre !

  2. pour info dans le même style j’ai le define R4, très bien et je peux mettre 2 radiateurs 240 dedans (en haut et devant) 😉

  3. Merci de l’info ! Oui, je regarde aussi le Define R4 et le Bitfenix Ghost outre celui-ci…. et j’ai un mal fou à me décider entre les trois, malgré les excellents tests lus ici même ! 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*