Accueil / Dossiers / Tests matériel / Composants / Boitiers / Midgard II : Sobre, spacieux mais gourmand

Midgard II : Sobre, spacieux mais gourmand

La partie montage est une opération délicate. Délicate dans le sens où il est nécessaire de prendre du temps pour organiser le câblage afin de dégager le plus d’espace possible. Avec ses deux ventilateurs de 120 mm, à l’avant en admission et à l’arrière en extraction, le flux d’air parcourt en largeur le boitier. Un espace propre et sans encombre favorisera le passage de l’air et donc participera à améliorer le refroidissement.

Xigmatek a toujours apporté un soin à la richesse de son « cable Management ». Nous retrouvons un plateau à carte mère riche en ouverture aux points stratégiques épaulé de nombreux petits trous pour l’utilisation de serre-câbles (quelques-uns sont fournis en bundle).

Avant de placer la carte mère, il faut préparer le plateau. Un jeu de lettres stipule les différents emplacements où il faut mettre les picots métalliques en fonction du format de la carte mère. L’usinage manque de finition à ce niveau car une installation à la main n’a pas été possible pour plusieurs fixations.

Midgard II : Installation de la carte mère et préparation du câblage

Une fois la carte mère en place, l’espace autour ne manque pas. Nous avons des passages de câbles devant les connectiques avant, le 20+2 broches +12 Volts et les ports SATA. De façon intuitive, l’organisation se met en place rapidement. Il est possible de travailler avec les deux mains, un « plus » appréciable. L’USB 3.0 utilise une connectique bleue 20 broches. Si la carte mère n’offre pas le connecteur « mal » idoine, il faudra se passer de cette connectique, aucun adaptateur USB 2.0 n’est présent.

Midgard II : Installation d'un disque durMidgard II : Installation d'un disque dur

Les disques durs s’installent dans des tiroirs amovibles. Ils s’équipent de picots montés sur silent-bloc jouant le rôle de fixation pour les HDD. Aucun outil n’est nécessaire. Le plastique est suffisamment souple pour que le tiroir puisse se tordre sans grand effort afin de placer le disque. L’utilisation de caoutchouc permet de limiter la transmission des vibrations au châssis. A noter que la cage supérieure est amovible si la carte graphique est extra longue.

Midgard II : Cage à disque dur amovible

Le lecteur optique bénéficie également de fixation rapide. Pour sa mise en place, il faut au préalable enlever le Bezel 5,25 pouces en retirant la façade avant. Le lecteur se glisse dans son logement puis se consolide avec une simple rotation de l’attache manuelle.

Midgard II : Passage du câble 4 + 4 broches +12 Volts

Il ne manque plus que le bloc d’alimentation. Attention, selon votre modèle la longueur du câble 4+4 broches +12 Volts peut être trop courte pour un passage derrière le plateau à carte mère. Xigmatek a prévu un orifice sur le côté du bloc pour pouvoir gagner quelques centimètres. Par contre, il est nécessaire de passer le câble avant de positionner le bloc car une fois fixé au châssis, il n’y plus d’espace suffisant. Hormis cette petite contrainte, le montage est rapide. Le bloc repose sur quatre pieds caoutchoutés et une mousse isolante à l’arrière.

Midgard II : Organisation des câblesMidgard II : Organisation des câbles

Il ne reste plus qu’à organiser les câbles (alimentation et SATA). Il faut du temps car la connectique avant est riche. Un espace de 2 cm à l’arrière laisse un peu de liberté.

Le Midgard II propose sur une équerre PCI un pilotage manuel de la ventilation. La carte réclame d’être alimentée via un connecteur Molex et les deux ventilateurs se connectent sur des adaptateurs mâles 3 broches. Tout ceci peut se faire par l’arrière avec un peu de méthodologie.

Au final, l’installation des composants est agréable et rien ne vient gâcher le plaisir. La partie la plus longue est le passage des câbles et leur fixation. Le potentiomètre sur équerre est certes pratique mais sa connectique demande de la patience pour la brancher par l’arrière.

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

9 plusieurs commentaires

  1. 4.52watts, mais quelle catastrophe ! ou la la la la, je ne vais pas acheter ce boitier…

    • Bonjour,

      4,42 Watts ce n’est pas grand chose mais n’oubliez pas de le multiplier par le nombre de boitiers écoulés. Si, comme vous le soulignez avec autant de verbe, la demande énergétique d’un système de refroidissement n’est pas important, prenez quelques minutes pour regarder ce qu’il se passe dans l’univers des centres de données.

      Vous pouvez également lire notre dossier sur le dernier Noctua, la consommation avec ce type de ventilateur est divisé par 4, mais ce n’est pas grand chose.

      Il faut essayer d’être capable de prendre de recule pour avoir une vision plus large.

  2. Mais que devrait on dire de Nvidia/AMD alors …
    Nan serieux c’est même pas 5w ….

    • Oui 5 watts ce n’est pas grand chose…

      Nous avons souhaiter souligner ce point pour deux choses.

      La première est indiquée en conclusion, il n’y a pas d’évolution face au Midgard premier du nom.

      La second vient de nos différents tests avec d’autres références. Le Raider (79 euros) affiche 2.88 Watts, le Solo II (116 euros) 1.08 Watts, Le Shinobi (50 euros) 1.44 Watts, le Silencio (70 euros) 1.44 Watts ou encore le H2 de NZXT (90 euros) 4.8 Watts mais avec trois ventilateurs. Tout ceci montre que le tarif n’est pas en cause et que la majorité des boitiers que nous avons testé se montrent moins gourmand.

  3. Chuter de 400% ? Il produit de l’électricité le ventilo !?

  4. bon c’est décidé, j’achète un panneau solaire pour alimenter les ventilos , 5watts c’est beaucoup trop.

  5. Bref, les ventilos sont pourris sur ce boitier. C’est ça la conclusion à la consommation “excessive” ? 😉

  6. Ok , certes ce n’est que 4,52 ! Mais je tiens à rappeler tout de même que nous sommes sur Ginfo.com et que de ce fait le facteur de la consommation et de l’écologie est poussée et effectué avec précision ( la preuve ici ! ) . Nous avons donc affaire à un boitier légèrement plus gourmand que les autres point barre , merci de l’avoir notifié dans le test mais le titre il est vrais est un peu excessif , il met un peu trop en exergue cet aspect cependant je remercie Ginfo.com pour leurs test et info de qualité .

    Ps: niveau écologie votre site pourrait gagner un petit plus ! L’auto refresh c’est moyen pour le lecteur et pour l’électricité consommé
    ; )

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Boitier NX420 d’Antec

Antec dévoile le NX420, un boitier gaming au look racé

Antec enrichit sa gamme de boitier NX avec l’annonce du NX420. Au format moyen tour il se positionne sur l’entrée de gamme.

Boitier orienté silence SATA Q1 de SilverStone

Boitier SETA Q1 de Silverstone, de l’innovation pour lutter contre le bruit

SilverStone vient d’annoncer le SETA Q1, un boîtier ATX haut de gamme au format Moyen Tour. Il vise les utilisateurs en quête de silence.

Divider 200 TG Air Black

Thermaltake dévoile de nouveaux boitiers Micro-ATX, les Divider 200 TG Air et TG

Thermaltake dévoile les Divider 200 TG Air et TG. Ce boitiers Micro-ATX s'arment de ventilateurs imposants. Explications.