Accueil / Dossiers / Tests matériel / Composants / Boitiers / SteelWing d’Enermax, le test complet
Boitier SteelWing d'Enermax

SteelWing d’Enermax, le test complet

SteelWing, présentation

En matière de boitier, le SteelWing est indéniablement une solution racée. Enermax propose un style et du look en mariant différents matériaux, couleurs et formes. L’intégralité du châssis est en aluminium tandis que l’un des panneaux latéraux est en verre trempé de 3 mm d’épaisseur.

Boitier SteelWing d'Enermax

A l’opposé, nous avons une couleur « criarde » mettant en valeur le nom du constructeur.

Il est difficile de ne pas le remarquer surtout que son format ultra-compact lui assure une place sur un bureau.

Boitier SteelWing d'Enermax

Sa face avant présente sept ailettes. Si elles participent à ce design particulier, elles témoignent aussi d’une petite astuce.

Boitier SteelWing d'Enermax

Le boitier accueille une configuration Micro-ATX ou Mini-ITX. Bien que l’espace interne permette l’intégration de composants imposants comme une longue carte graphique, il est compté. Du coup avec un unique ventilateur, le refroidissement n’a pas forcement le meilleure « contexte » pour s’exprimer. Du coup, le châssis en aluminium est exploité comme un « gros » dissipateur passif. Il emmagasine la chaleur interne pour l’évacuer au contact de l’air de la pièce. Les ailettes avant sont placées de telle manière qu’elle profite du flux d’air généré par le ventilateur.

Boitier SteelWing d'Enermax

Ce dernier est monté sur un support capable d’être utilisé à d’autres fins si le besoin s’en faisait sentir puisqu’il peut accueillir un radiateur 120 mm d’un Watercooling AIO. Le ventilateur est une solution de 120 mm épaulée d’un rétroéclairage circulaire de la couleur du panneau latéral. Sa connectique est compatible avec un Molex pour un fonctionnement à plein régime et un 3-Pin permettant une gestion plus « intelligente » en fonction de la température processeur.

Boitier SteelWing d'Enermax

Le stockage est confié à un module rassemblant des emplacements 3,5 pouces et 2,5 pouces. Dans les deux cas, l’usage d’un tournevis est indispensable. Les fixations sont par contre « brutes » c’est-à-dire sans astuce pour minimiser les vibrations du disque mécanique.

Ce module se crante sur le châssis puis se consolide à l’aide d’une seule vis. Il est conseillé pour le montage de placer les différents faisceaux (câble SATA et alimentation) avant la remise en place du module.

Nous parlions un peu plus haut du support de maintien du ventilateur, il peut accueillir un deuxième disque dur 3,5 pouces moyennant la perte du ventilateur.

Boitier SteelWing d'Enermax

Les deux panneaux latéraux sont consolidés à l’aide de vis à main.

Boitier SteelWing d'Enermax

Sur le haut, une grille Mesh permet à l’air chaud de s’évacuer vers l’extérieur.

Boitier SteelWing d'Enermax

Trois slots d’extension sont proposés à l’arrière. Equipés d’équerres PCI perforés, ils assurent l’installation d’une carte graphique imposante. Un espace de 290 mm est disponible pour sa longueur.

Boitier SteelWing d'Enermax

Cette générosité a par contre des limites aux regards des dimensions de 387 x 176 x 300 mm du boitier. Ainsi le ventirad processeur se doit de ne pas dépasser les 80 mm sous peine d’entrer en contact avec le bloc d’alimentation. Nous retrouvons également à ce niveau une restriction puisqu’il faudra opter pour un format SFX. L’alimentation est placée sur le haut en latéral.

Nous avons rencontré à ce niveau un petit souci. Une fois l’alimentation en place, la fermeture du panneau en verre s’accompagne d’une vis trop longue sur le coin supérieur gauche. En vissant, elle entre rapidement en contact avec le bloc d’alimentation…bizarre.

Le boitier repose sur deux pieds arrière et de longs patins absorbeurs de vibrations.

Boitier SteelWing d'Enermax

De manière générale, il n’y a pas de difficulté à monter une configuration. Il faut seulement bien organiser les choses. Nous vous conseillons de brancher tout les câbles avant l’intégration afin de limiter les manipulations dans le boitier. Une alimentation SFX modulaire est conseillée. Pour le reste, un peu de temps est nécessaire pour ranger au mieux l’intérieur afin de bien laisser s’exprimer le ventilateur avant.

Boitier SteelWing d'Enermax

Enfin, la façade présente deux ports USB 3.0, des classiques Jack audio 3,5 mm et un bouton de mise sous tension éclairé en bleu en son centre.

Boitier SteelWing d'Enermax

Enermax propose avec le SteelWing un boitier racé dédié aux configurations à petits facteurs de forme. Compatible avec une carte mère Micro-ATX et Mini-ITX, l’engin se montre compact. Sa conception repose sur de l’aluminium, du verre trempé et un ventilateur rétroéclairé. Son architecture permet l’installation d’une carte graphique longue tout en assurant l’installation d’un disque dur 3,5 pouces et un SSD. Cette richesse relative au regard de son format laisse supposer qu’une configuration musclée peut prendre place. Nous l’avons torturé afin de connaitre ses performances en refroidissement et en silence. Le montage demande-t-il certaines précautions ? Disponible aux alentours de 160…

Passage en revue

Silence
Refroidissement
Prestation / Prix

Compacité et look

Résumé : Le SteelWing est un boitier dédié aux configurations Micro-ATX et Mini-ITX. Son look lui assure une forte personnalité avec du verre trempé et un châssis entièrement en aluminium. Ce dernier aide l’unique ventilateur avant rétroéclairé à refroidir la configuration. La ventilation reste cependant limitée, attention donc.Ce format compact s’accompagne de certaines restrictions comme pour l'alimentation qui doit être de format SFX obligatoire et vis-à-vis de la hauteur du ventirad.En mode 3-pin avec une gestion correcte par la carte mère, le ventilateur se montre discret mais devient présent à plein régime. Enfin il faut faire attention si un SSD est utilisé. Le module de stockage le positionne en sandwich entre un disque dur 3,5 pouces et la carte graphique. Il fait donc face à deux sources de chaleur.Le SteelWing est annoncé à 160 €, un tarif haut de gamme.

Note de l'utilisateur 2.77 ( 7 votes)

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Carte mère MAG B550 Tomahawk de MSI

MAG B550 Tomahawk, le test complet

MSI propose plusieurs références B550 dont la MAG B550 Tomahawk. Au format ...

Pure Rock 2

Pure Rock 2 de Be Quiet!, présentation en vidéo

Be Quiet! a revisité son ventirad entrée de gamme le Pure Rock avec ...

Watercooling AIO GamerStorm Castle 280EX de Deepcool

Castle 280EX de DeepCool, le test complet

Annoncé en mars dernier, le Castle 280EX de DeepCool est désormais disponible. ...