Accueil / Dossiers / Tests matériel / Composants / Refroidissement / Le watercooling et ses secrets
WaterCooling
WaterCooling "maison"

Le watercooling et ses secrets

Protocole du test de refroidissement :

Thermométre infrarougeNous avons relevé les températures du processeur, du GPU de la carte graphique ainsi que le chipset de la carte mère sur une période d’une 20 minutes pendant un burn CPU et GPU. Les deux logiciels utilisés sont CPU Burn_in version 1.01 que vous pouvez télécharger ici et 3DMark 2006 qui est disponible. Ensuite nous laissons pendant 10 minutes le PC sans activité et nous reprenons des mesures.

La température du GPU est prise directement avec un Thermométre infrarouge en tenant compte de l’émissivité de la surface métallique du système de refroidissement de la carte graphique. La valeur retenue est une moyenne de plusieurs relevés sur la surface de contact entre le GPU et le radiateur.

Pour les températures du CPU et du chipset, nous avons utilisé le logiciel Everest 2.5.

Protocole du test de nuisances sonores :

SonométreNous avons utilisé un sonomètre de classe de précision 2 répondant à la norme EN 60 651.

Posé sur un pied, il est placé à 45 cm de la porte latéral gauche du PC; cette dernière ayant été retirée bien-sûr.

L’ensemble des mesures est fait trois fois au cours de chaque burn CPU et GPU. La pièce accuse une nuisance sonore de 40,7 dBa PC éteint.

Résultats.

Graphique de températures PC au repos

Au repos le watercooling permet de gagner 4 °C pour le processeur et 3,8°C pour la carte graphique. Le chipset accuse quant à lui une augmentation de 11 °C. L’explication vient du fait que le boitier est démunie de l’ensemble de ses ventilateurs.

Le flux d’air généré par les ventilateurs avant et arrière n’existe plus. Possédant un système de refroidissement passif, le radiateur du chipset n’ a plus le moyen d’améliorer son refroidissement.

Graphique des températures PC en burn

Lors de nos tests intensifs du processeur, les températures grimpent rapidement pour frôler les 60 ° en aircooling. Le ventilateur géré par la carte mère augmente sa vitesse et un bruit désagréable apparaît. Le watercooling permet ici de gagner quelques dégrés ne depassant jamais les 58 °C pour le CPU et 49 °C pour le GPU. Le chipset se stabilise au alentour de 42 °C.

Aucune défaillance du PC est observée. La pompe, au toucher, est plus chaude ce qui est rassurant. Le transfert thermique de chaque Waterblock fonctionne correctement.

Graphique des nuisances sonores en dBa

Les résultats des nuisances sonores sont très explicites. En clair, le watercooling est inaudible. Seul le sifflement des disques durs permet de savoir si le PC est allumé.

Le système est tellement silencieux qu’il en est déconcertant. Dans un doute passager, il a été nécessaire d’allumer l’écran pour être certain que le PC avait fini de charger Windows XP.

De tels résultats sont vraiment impressionnants sachant que les températures CPU et GPU sont meilleures qu’en aircooling.

Un commentaire

  1. Vous oubliez de dire que le watercooling consomme les Watts ! …

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*