Accueil / Dossiers / Tests matériel / Périphériques / Claviers-Souris / Ironclaw RGB Wireless, le test complet
Ironclaw RGB Wireless
Ironclaw RGB Wireless

Ironclaw RGB Wireless, le test complet

Ironclaw RGB Wireless, les présentations.

Corsair propose avec cette Ironclaw RGB Wireless une souris gaming imposante. Tout de noir vêtue, elle se dévoile sous un style dynamique, musclé, et racé. Sa robe marie différents revêtements et trois zones RGB.

Ironclaw RGB Wireless

Nous retrouvons le même châssis que celui de l’Ironclaw RGB avec des dimensions de 130 x 80 mm pour une hauteur maximale de 45 mm le tout avec un poids de 133 grammes sans câble USB.

Ironclaw RGB Wireless

Elle se montre ainsi plus lourde que son ainée et ses 107 grammes. Personnellement, ce critère m’assure une meilleure prise en main. L’assise de la souris est plus affirmée, demandant des manipulations plus franches. Il peut aussi surprendre voire déplaire car à la longue certains poignets peuvent en souffrir.

Sa silhouette, avec sa forme bombée centrée, favorise la prise en main de type paume. Elle s’utilise avec une main totalement reposée sur son corps. Du coup avec ses dimensions, les grandes mains de droitiers sont favorisées.

Ironclaw RGB Wireless

Le pouce trouve sa place en latéral et ne frotte pas contre le support de glisse. Ce n’est cependant pas le cas pour l’auriculaire.

Ironclaw RGB Wireless

Nous retrouvons différents revêtements avec une petite touche d’aluminium à l’avant, un rendu « caoutchouté rugueux » en latéral pour la prise en main et du Soft Touch plus délicat et agréable sur le haut. La belle repose sur quatre patins PTFE pour assurer sa glisse. Corsair a retravaillé ce point avec cette version sans fil.

Ironclaw RGB Wireless

Nous avons, pour l’un des patins, une plus importante surface ce qui devrait améliorer les prestations dans ce domaine. Il est possible que le caractère nomade avec du sans-fil explique cette petite modification.  En voyage, les surfaces de glisse sont souvent différentes.

Une deuxième retouche est observable à l’arrière. Elle concerne le design avec la présence d’un petit bandeau finition piano sur le bas. Nous retrouvons aussi une différence au niveau de l’équipement.

Ironclaw RGB Wireless

Si l’Ironclaw RGB est équipée de 7 boutons, nous passons ici à 10 boutons programmables dont les classiques droite et gauche, une molette cliquable, deux boutons latéraux au niveau du pouce, deux boutons sur le haut derrière la molette et trois boutons sur le côté gauche de l’Index. Les deux premiers sont positionnés à l’avant de la souris. Leur accès est rapide.

Nous retrouvons le même degré de finition et la même qualité de fabrication qu’avec son ainée. Corsair propose une souris travaillée ou chaque petit détail compte. Les différents éléments constituant sa robe s’imbriquent parfaitement. Nous n’avons entendu aucun bruit à l’usage et durant nos nombreuses manipulations.

Ironclaw RGB Wireless s’utilise de différentes manières. Le mode sans fil est assuré par du Bluetooth 4.2 + LE ou du 2,4 GHz Slipstream signé Corsair. Cette dernière technologie demande la connexion à un port USB de son PC d’un dongle (émetteur récepteur). Il est néanmoins dommage qu’il ne puisse pas se ranger directement dans le corps de la souris pour éviter de le perdre en cas de transport.

Ironclaw RGB Wireless

Un mode filaire est aussi possible. Le bundle comprend un câble USB 2.0 amovible de 1,8 m . Tressé, il se connecte à l’avant du mulot et permet en parallèle le rechargement de sa batterie interne. Ce mode filaire n’est cependant qu’une solution de « dépannage » à nos yeux. Le câble souffre d’un manque de souplesse évident. Il semble répondre à des contraintes d’une vie nomade avec une conception renforcée pour éviter les détériorations suite à de nombreuses manipulations. Du coup connecté à la souris, il manque de souplesse et augmente son poids général.

Sur la partie mécanique, nous retrouvons des composants haut de gamme avec pour commencer par un capteur optique PMW3391 signé PixArt. Il est capable de proposer une résolution entre 100 et 18 000 dpi avec un réglage possible par pas de 1 dpi. L’accélération maximale supportée est de 50G contre 400 IPS pour la vitesse maximale de suivi. La belle communique avec le PC au travers d’une fréquence de transmission maximale de 1000 Hz soit un temps de réponse de 1 ms.

Ironclaw RGB Wireless

L’alimentation est assurée par une petite batterie interne rechargeable de 850 mAh. De type lithium-polymer (Li-Po), elle est annoncée avec une autonomie maximale de 16 heures en mode 2.4 GHz Slipstream avec RGB, 24 heures sans RGB, 30 heures en Bluetooth avec RGB et 50 heures sans RGB. Un rechargement nécessite environ 2 heures.

Corsair utilise des switchs OMRON capables d’encaisser 50 millions de clics. Ils offrent une pression d’action de 60 gf (force-gramme) pour une distance de déclenchement de 0,45 mm.

Corsair continue d’enrichir sa gamme de souris gaming avec le lancement de nouveautés dont la Ironclaw RGB Wireless. Présentée comme étant la version sans fil de l’Ironclaw lancée en début d’année, ce mulot est en réalité un peu plus. Si nous retrouvons une robe commune, il y a de petites différences au-delà de la connectivité. Nous retrouvons un total de 10 boutons programmables, un capteur PixArt PMW3391, une robe RGB et du sans fil 2,4 GHz Slipstream signé Corsair. A cela s’ajoutent le support du Bluetooth et de l’USB. En effet, elle peut aussi s’utiliser en mode filaire. Nous l’avons…

Passage en revue

Ergonomie
Qualité
Equipement
Prestation / Prix

FPS, Moba mais pour les grands mains

Résumé : Avec cette Ironclaw RGB Wireless, Corsair enrichit son Ironclaw RGB des modes sans fil 2,4 GHz Slipstream et du Bluetooth. Cette évolution s’accompagne de petits changements ici et là permettant de répondre à certaines remarques de son ainée. Le RGB est désormais plus présent tandis que le changement de dpi à la volée est rapide. Visant les droitiers aux grandes mains, elle offre une mécanique solide, agréable et polyvalente à l’usage. Son mode sans fil assure en gaming avec peu de latence. Son tarif de 80 € est conséquent mais les prestations sans là. Sa molette pourrait gagner en résistance et la position de son troisième bouton sur le haut de son corps bombé n’est pas des mieux placés.

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alimentation Thermaltake Toughpower GF1 ARGB 750 watts

Alimentation Toughpower GF1 ARGB, un second avis

L’alimentation Toughpower GF1 ARGB de Thermaltake se distingue par son look, sa ...

Alimentation Toughpower GF1 ARGB 850 Watts de Thermaltake

Toughpower GF1 ARGB 850 Watts, le test complet

Thermaltake propose au travers de sa gamme Toughpower GF1 ARGB, des alimentations ...

Matrexx 70 ADD-RGB 3F

Matrexx 70 ADD-RGB 3F, le test complet

Deepcool propose au travers du Matrexx 70 ADD-RGB 3F un boitier gaming ...