Accueil / Espace environnement / Green IT / Composants / Réseaux / Pas de danger pour la santé avec le Wifi selon Supélec

Pas de danger pour la santé avec le Wifi selon Supélec

Face au développement important des réseaux locaux radioélectriques (RLAN), l’ARCEP, qui définit les conditions d’utilisation des équipements radioélectriques, a souhaité disposer d’informations concernant la situation pratique, notamment des hot spots, vis à vis de la réglementation relative à la protection de la santé.

Une évaluation des champs électromagnétiques générés par les matériels RLAN, principalement à la norme WiFi, a alors été réalisée par l’Ecole Supérieure d’Electricité (Supélec).

Elle porte sur les niveaux des champs électromagnétiques produits par les réseaux radioélectriques (RLAN) fonctionnant à 2,45 GHz afin de dresser un état –non exhaustif- des champs électromagnétiques produits à proximité, tant par les points d’accès que par les équipements

Test de matériel Wifi

Il en ressort que :

Pour des conditions d’utilisation conformes à la réglementation radioélectrique des RLAN, les valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques définies dans le décret n° 2002-775 sont respectées pour tous les cas d’utilisation de matériels RLAN mesurés ou simulés dans le cadre de l’étude.”

Plus particulièrement ;

  • Dans des conditions d’utilisation spécifiques -matériel posé sur les genoux de l’utilisateur par exemple-, les mesures effectuées sur 8 équipements de modèles différents se sont toutes révélées inférieures à la restriction de base (DAS) du décret du 3 mai 2002 ;
  • au-delà de quelques mètres la contribution d’un équipement WiFi devient négligeable et il est très difficile de la distinguer dans le bruit ambiant ;
  • la décroissance rapide entraîne qu’en utilisation normale, avec une distance de l’ordre de 1 m entre chaque antenne de portable, il n’y a pas d’effet cumulatif : seule compte l’exposition de l’utilisateur au champ généré par son propre équipement radio“.

Supélec précise dans sa conclusion que ces différentes études “donnent une photographie d’un certain nombre d’équipements à un moment donné, dans des configurations d’utilisation, contrôlées grâce à des outils informatiques, et des conditions de mesures radiofréquences adaptées pour WiFi dans l’attente d’une normalisation –en cours- de la méthodologie.
Elles correspondent à des situations extrêmes en termes d’exposition des personnes, en particulier lorsque le micro-ordinateur transmet des données en permanence.

Dans un souci de transparence et d’information ouverte, l’ARCEP a décidé de rendre publique cette étude.

Pour la lire, c’est ici : Etude « RLAN et Champs électromagnétiques » : synthèse des études conduites par Supélec

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*