Accueil / Espace environnement / Green IT / Multimédia / Consoles / Consoles de jeu : Greenpeace épingle Sony, Microsoft et Nintendo

Consoles de jeu : Greenpeace épingle Sony, Microsoft et Nintendo

Hier, mardi 20 mai 2008, l’organisation écologique Greenpeace a publié un rapport nommé « Playing Dirty » où elle dénonce encore et toujours l’utilisation de substances chimiques dangereuses telles que le chlorure de polyvinyle (PVC), les phtalates, le béryllium et les retardateurs de flamme bromés au sein des plus populaires consoles de jeux :  la Nintendo Wii, la Playstation 3 Elite (PS3) de Sony et la Xbox 360 de Microsoft

Ce rapport s’appuie sur un « GreenTest » élaboré par l’organisation et met en avant le fait que ces trois constructeurs ont tous échoué.

Certains composants de la Xbox 360 ou de la PS3 contiennent des taux très élevés de phtalates, substances interdites dans la composition de jouets pour enfants vendus au sein de l’Union Européenne. Des taux élevés de brome ont aussi été découverts dans la composition des trois consoles dont 13,8% pour la PS3 et 12,5 % pour la Wii.

« Aujourd’hui, aussi bizarre que ça puisse paraître, les consoles de jeu ne sont pas considérées comme des jouets. Qu’elles le soient ou non, il est inadmissible qu’elles contiennent des substances chimiques dangereuses pour l’environnement et la santé humaine » déclare Zeina Al Hajj, de Greenpeace international.

Toutefois, Greenpeace souligne que des efforts ont été accomplis : « Notre test montre qu’ils ont déjà réduit – voire éliminé – l’usage de substances dangereuses dans certains composants dans leur console. » rajoute Zeina Al Hajj. En effet, dans les contacts électriques de la Wii, aucune trace d’alliage de béryllium a été trouvée et l’utilisation de PVC et phtalates s’avère limitée. Dans la même optique, la PS3 de Sony contient des cartes mères exemptes de brome et Microsoft a limité l’emploi de matériaux bromés dans la conception du boîtier de sa Xbox 360.

Ce travail de la part de l’organisation écologique est justifié par la croissance de ce marché des consoles, la plus rapide de l’électronique. Il représente 60 millions de produits vendus en 2007 soit 14 % de plus qu’en 2006

Hormis les problèmes de santé et d’impact sur l’environnement se pose également la question du recyclage de tous ces appareils. Avec une composition mal pensée employant de nombreuses substances dangereuses,  ces e-déchets sont considérés comme une véritable bombe à retardement selon certains experts.

Pour lire, ce rapport (en anglais) c’est ici : Playing Dirty 

Un blog est aussi disponible sur ce problème à cette adresse : "La-guerre-des-consoles-a-commence", un titre évocateur mettant à profit les possibilités d’internet…

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*