Accueil / Espace environnement / Green IT / Multimédia / Ordinateurs de bureau / 3 gestes pour un ordinateur au régime énergétique

3 gestes pour un ordinateur au régime énergétique

Nous pouvons tous agir afin de diminuer l’empreinte carbone de nos PC. Voici 3 gestes simples à mettre en œuvre afin d’abaisser la consommation électrique et de faire, au passage, des économies financières.

Geste n°1 : Choisir en fonction de ses besoins et limiter le suréquipement.

Avant tout achat, il faut définir ses besoins pour bien s’équiper, ni trop, ni trop peu. Rien ne sert d’avoir une carte graphique haut de gamme pour un appareil dédié à de la bureautique légère ou au surf sur Internet.

Prenez conseils après d’un revendeur, définissez vos besoins et vos attentes et n’hésitez pas à comparer, à faire plusieurs boutiques et des recherches sur la toile. Les forums et les sites spécialisés dans le Hardware sont d’une aide précieuse pour connaitre l’aptitude de certains composants comme les processeurs, les disques durs externes, les alimentations….

Tests GinjFo.

Label Approuvé par GinjFoEco label GinjFo 2010

Geste n°2 : La labellisation Energy Star et EPEAT.

Une fois le choix établi, exigez la présence de labels Energy Star et Epeat. Les matériels dans une gamme donnée disposent d’une consommation électrique comparable quand on les utilise. Cependant ce critère ne se vérifie pas en «mode veille» : les consommations résiduelles annuelles peuvent variées, parfois d’un facteur 10 !

La présence du logo Energy Star sur un équipement informatique certifie sa compatibilité avec des critères stricts vis-à-vis de sa demande énergétique. Cette qualité lui permet d’être économe aussi bien en fonctionnement qu’en veille. A service égal, il serait dommage de s’en priver surtout qu’il est présent sur certains ordinateurs, écrans, imprimantes ou encore scanners.

De son coté, L’EPEAT se compose de 23 critères obligatoires et 28 critères facultatifs de sélection, il évalue, compare les produits en fonction des leurs aspects écologiques. Un classement est disponible avec trois distinctions nommées bronze, argent ou or en fonction de l’aptitude du produit face aux 28 critères facultatifs.

Classement EPEAT

  • Vous pouvez vous rendre sur le site d’Energy Star afin de consulter la base et de trouver l’élu à la consommation la plus basse.
  • Pour une explication sur l’EPEAT c’est ici : EPEAT.

Pour connaitre en détails la signification des écolabels informatiques relire notre dossier : Green PC : Les écolabels informatiques à connaître pour Noël.

Geste n°3 : Attention aux consommations cachées !

Tous les équipements électroniques comme les ordinateurs, écrans, imprimantes, routeurs, modems ADSL, disques durs externes consomment de l’énergie même éteint !

Pourquoi alors consommer de l’électricité qui ne rend aucun service ? C’est du pur gâchis et de l’argent jeté par la fenêtre, mais c’est pourtant ce qui se passe. Sans faire attention le poste informatique et ses périphériques deviennent une source de perte importante. Pour certains appareils le constat est même accablant ou la consommation annuelle éteint dépasse celle nécessaire à son utilisation réelle. C’est un peu comme demander le règlement d’un plein d’essence sans avoir utilisé sa voiture, serions nous d’accord ?

Certaines études soulignent que l’addition de toutes ses petites consommations finit par peser très lourd. Selon l’ADEM « Une famille bien équipée en audiovisuel peut consommer de moins de 100 à plus de 800 kWh/an, uniquement pour les appareils en veille. »

Le meilleur remède pour le moment passe par l’acquisition de multiprises munies d’un interrupteur.

Plusieurs appareils sont alors branchés ensemble et peuvent être éteints tous en même temps. Soulignons aussi que contrairement à certaines idées reçues, beaucoup d’entre eux sont capables de conserver leur programmation au-delà de plusieurs jours d’extinction totale.

Pour un ordinateur nos propres tests montrent que éteint mais resté branché sa consommation représente entre 70 et 80 Wh/j soit entre 25 kWh et 30 kWh par an et nous ne parlons que de l’unité centrale !  

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*