Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Bénéfices de l’informatique verte : pas si évident que cela

Bénéfices de l’informatique verte : pas si évident que cela

Selon une récente étude publiée, les économies d’énergie lièes à l’adoption de stratégies informatiques écologiques par une entreprise sont de l’ordre de 10 % en moyenne.

Toutefois cette enquête du distributeur Bell Micro, menée auprès de sociétés britanniques, révèle que seulement 12% des 21% d’entreprises ayant adoptées une politique informatique écologique ont quantifié les économies d’énergie. 19% considèrent qu’il n’y a pas encore assez de recul pour mettre en avant les bénéfices en découlant,  tandis que 65% reconnaissent tout simplement ignorer les économies d’énergie réalisées et 4% annoncent n’avoir réalisé aucune économie.

Il en ressort toutefois que pour plus de la moitié des entreprises interrogées, les avantages et les gains potentiels sont à prévoir sur le long terme et 89 % pense que le travail  à accomplir n’est pas uniquement lié à l’acquisition de matériel mais peut également d’écouler de mesures portant sur un comportement plus responsable.

Que ce soit des PME ou des grandes entreprises les économies d’énergie liées à une poltique informatique verte sont palpables variant  de 2 à 90%, mais  le chiffre moyen est de seulement 10%.

Un chiffre assez faible, peu concluant sur les bénéfices à escompter, mais surtout pas assez significatif afin d’encourager une adoption en masse d’une informatique écologique.

“Les entreprises doivent aller plus loin dans l’application de stratégies informatiques écologiques et les revendeurs et fournisseurs doivent renforcer leurs services d’évaluation et de surveillance afin de fournir des systèmes et des solutions informatiques réellement écologiques, capables d’offrir aux clients des économies à plus long terme.” explique Antony Young.

Source : Sourcewire

Un commentaire

  1. GnomeInWonderland

    Ca me rappelle un article que j’ai posté sur mon blog, et qui porte (peut-être ?) sur la même étude. J’y explique en quoi ce genre d’étude est mal fait méthodologiquement parlant (“et dire qu’on paie des gens pour ça”), et en quoi les entreprises qui se mettent au vert en sont finalement responsables.

    http://www.kozan.fr/2008/07/27/comment-on-fait-passer-le-greenit-pour-de-la-fumisterie/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*