Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Clé USB, mail et recherche web : Une étude sur l’empreinte carbone !

Clé USB, mail et recherche web : Une étude sur l’empreinte carbone !

Après l’empreinte carbone d’un spam, voici une étude de BIO Intelligence Service. Elles couvrent différents moyens de communication : mail, e-commerce, requête internet et transmission de document par clé USB. l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME)  souhaitent aujourd’hui communiquer les résultats.

Un mail avec pièce jointe de 1 Mo : 19 grammes de CO2!

L’empreinte carbone moyenne d’un email, accompagné d’une pièce jointe de 1 Mo, se chiffre à 19 grammes de CO². Ce chiffre n’est en soit pas très excessif mais devant la quantité de mail envoyé par jour la pollution résultante devient énorme. Il s’agit ici d’un simple envoi, à une unique destinataire. Le bilan s’alourdit si plusieurs destinataires sont prévus. Les 19 grammes de CO² se transforment alors en 73 grammes pour 10 personnes, et 615 grammes pour 100 personnes. Ce chiffre continue d’augmenter si une impression a lieu par le destinateur. Il s’élève à 56 grammes avec une impression en noir et blanc sans mode recto verso.

Une requête sous un moteur de recherche : 10 grammes de Co2  !

L’usage d’un moteur de recherche n’est pas sans conséquence non plus puisque pour une requête avec une consultation de cinq pages avant d’obtenir l’information recherchée se chiffre à 10 grammes de CO2. Est-ce que cette valeur se rapproche de l’étude Google ?

L’usage d’une clé USB pour enregistrer un document de 10 Mo : 100 grammes !

Enfin toujours selon l’étude, la transmission d’un document de 10 Mo (document scientifique de 200 pages) vers une clé USB de 512 Mo dans un contexte « professionnel » avec un temps de lecture de 30 secondes par page est à l’origine d’un rejet d’équivalent CO2 de  100 grammes soit en considérant  « l’hypothèse selon laquelle un colloque de professionnels regroupent en général jusqu’à 100 personnes. Les émissions de gaz à effet de serre liés à la transmission d’information par clé USB (avec lecture partielle de l’information) lors d’un tel colloque représentent alors 10 kg équivalent CO2 soit l’équivalent d’environ 75 km parcourus en voiture. »

Des solutions existent.

L’étude évoque au final quelques pistes pour améliorer les choses. Elles touchent à la gestion de la boite mail de réception, l’usage de la compression de document, l’enregistrement des sites fréquemment consultés, le ciblage pour limiter la sollicitation des moteurs de recherche, l’allongement de la durée de vie de l’ordinateur, l’optimisation du temps de lecture d’un document à l’écran et la rationalisation de l’impression et l’usage recommandé du mode brouillon.

Vous trouverez ici Logo Fichier PDF ce document avec le détail de chaque étude et un impact environnemental plus détaillé (Potentiel de changement climatique, Epuisement potentiel des métaux, Epuisement potentiel des ressources fossiles) de ces trois activités très rependues en informatique. 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*