Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Datacenter Green : Le PUE n’est pas le bon indicateur

Datacenter Green : Le PUE n’est pas le bon indicateur

Si nous vous parlons de PUE, savez-vous à quoi cela correspond ? Cette donnée, le Power Usage Effectiveness, est devenue avec le temps une référence lorsque l’on évoque des centres de données éco-énergétiques. Selon Microsoft, au travers de la publication de son dernier livre blanc, le PUE doit être, certes, connu et utilisé mais plus rester l’indice absolu des qualités environnementales d’un complexe de traitement de données, ni le seul objectif d’un département informatique en quête d’optimisations.

Elaboré par le Green Grid, le PUE est un ratio entre deux valeurs de consommation électrique. La première correspond aux besoins totaux du bâtiment qui héberge l’infrastructure informatique et la deuxième à la consommation propre aux équipements informatiques. Ainsi si nous évoquons pour un Datacenter lambda un PUE de 2, vous pouvez en conclure que le bâtiment consomme deux  fois plus que l’informatique qu’il abrite. Notons au passage que le Green Grid a également défini le DCE pour Datacenter Efficency qui est l’inverse du PUE.

Soulignons avant toute chose, que la valeur du PUE est un indice important aux yeux de l’entreprise puisque si elle se rapproche de “un”, les coûts énergétiques engendrés sont au plus près des besoins réels du matériel et donc de la puissance de calcul.

Le PUE est souvent présenté, à tord, comme une valeur d’éco-consommation, ce qui d’un certain point de vue est tout de même une réalité, mais il représente surtout une donnée sur l’efficacité « économique » d’une solution d’où l’importance que l’on lui accorde dans les départements informatiques.

Selon Dileep Bhandarkar, un ingénieur de Microsoft, le PUE peut être un chiffre trompeur. Dans ce Livre blanc, Bhandarkar met en évidence que certaines modifications non conventionnelles (peinture blanche, amélioration du flux d’air par une nouvelle architecture des murs en béton et d’autres solutions) apportées par Microsoft à l’un de ses sites sur une période de trois ans, a conduit à une réduction de 25% du PUE du site. Cet indicateur renseigne donc sur l’efficacité énergétique du complexe et la firme le démontre avec ses modifications. Mais il peut aussi induire en erreur s’il est utilisé à l’aveuglette.

Pour étayer cette affirmation, Dileep Bhandarker donne un exemple en prenant le cas d’un Datacenter où les ventilateurs des serveurs peuvent être enlevés sans nuire aux performances. L’économie engendrée par l’élimination de ces systèmes mécaniques de refroidissement engendre automatiquement une amélioration de l’efficacité énergétique des équipements informatiques.  Hors avec la valeur du PUE, nous obtenons l’inverse, il augmente, ce qui se traduit par la perception d’un Datacenter moins Green.

Au travers de ce document, “A Holistic Approach to Energy Efficiency in DatacentersMicrosoft dévoile également certaines de ses stratégies et objectifs à venir sur le marché des Datacenters. Bhandarkar s’attarde quelques instants sur un des sites de la compagnie, situé à Chicago, Il souligne que grâce à l’utilisation de conteneurs, englobant plusieurs baies de serveurs, un PUE de 1,2 a été obtenu, un score très honorable aux regards de la moyenne mondiale des Datacenters de la société chiffrée à 1,6.

Pour le géant du logiciel, l’avenir s’articule autour de ce concept “de conteneur” élaboré en fonction des emplacements où ils seront installés. Ils s’accompagneront de toute une gamme de technologies afin de répondre au mieux aux conditions. L’approche modulaire permet selon la firme de réduire l’investissement initial et n’affecte en rien, bien au contraire, les possibilités d’évolutions futures. C’est justement une des ses grandes qualités, elle permet de minimiser les investissements en les rapprochant au mieux des besoins.  

Terminons sur une des recommandations de Bhandarkar qui s’applique parfaitement au marché grand public : ‘‘l’amélioration de PUE ne devrait pas être l’objectif premier. Le véritable objectif est surtout de minimiser les déchets autant que l’emballage “. Pour nous, consommateur, cela de traduit pas un simple geste : faire ses choix d’achats en fonction de ses besoins et de ces critères.

Nous ne le répéterons jamais assez, l’orientation de l’économie de marché n’est absolument pas dictée par les concepteurs, producteurs, fabricants, distributeurs, commerçants, économistes ou encore politiciens et commerçants mais par nos actes d’achats.

Vous souhaitez que les choses changent, achetez en conséquence. Cette vérité dicte absolument toutes les qualités d’un produit, même son prix…

Source : Microsoft/divers/GinjFo

2 plusieurs commentaires

  1. Si je comprend bien votre première explication “en bleue”, le PUE peut être perçu un peu comme le rendement de l’ensemble. Nous pouvons le comparer à l’indice 80Plus en fait. Si le PUE faut 1 nous avons un rendement maximum égal à la conso des équipements avec un bâtiment neutre énergiquement parlant.

    Bref le PUE s’apparente donc à l’éco conception du bâtiment alors, celui qui abrite le matos. Je comprends mieux l’intérêt que l’on lui porte car éloigné de 1, il représente des pertes sèches pour l’entreprise…. Ah économie et écologie la frontière est souvent fine…

    Super article en tout cas !

  2. Bof, il parle dans le vide… du concret SVP !!!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*