Politique et économie

Empreinte carbone des TIC : PC et périphériques les grands pollueurs

Dans les pays développés, les PC (postes de travail, ordinateurs de bureau et ordinateurs portables) sont très répandus. Cette situation n’est pas universelle et l’augmentation de l’équipement dans les pays en voie de développement pose problème. Elle s’accompagne d’une demande énergétique globale galopante à tel point que ce secteur représentera 57% des rejets de gaz à effet de serre de l’ensemble des TIC en 2020.

Plus personne ne s’étonne maintenant de la présence d’un ou deux PC dans un domicile. Cet objet High Tech est devenu courant comme la télévision. Dans les économies émergentes, le désir et le pouvoir d’achat en augmentation laissent prévoir un taux d’équipement en très forte augmentation d’ici 2020. Un futur prometteur pour les grands du secteurs mais qui va considérablement contribuer à alourdir le bilan carbone mondial de ces technologies.

En 2002, le couple PC/Moniteur représentait à l’échelle mondiale une empreinte carbone de 200 MtCO2. Ce chiffre devrait tripler d’ici 2020 pour atteindre les 600 MteCO2. En terme d’équipement, cela nous donne un nombre de PC passant de 592 millions à plus de quatre milliards.

Depuis 1986, une étude montre que la demande énergétique d’un PC n’a augmenté que de 0,23% par an, un faible taux face à un accroissement de 45% par an de la puissance de calcul. Ce succès a été réalisé par l’exploitation du multi-core et de bloc d’alimentation à plus haut rendement(vive le 80Plus !).

En 2020, les prévisions visent l’arrivée de nouveaux progrès dans la gestion de la demande énergétique et la concrétisation de deux technologies principales. Les PC de bureau qui dominent aujourd’hui le marché (84%) vont au fil du temps être remplacés par les ordinateurs portables si les prévisions se maintiennent. En 2020, les ordinateurs portables devraient représenter 74% de tous les ordinateurs en exploitation.
Conjointement la disparition programmée et inévitable des écrans CRT à la faveur des moniteurs LCD va travailler à réduire la demande énergétique.

En considérant ces hypothèses,l’empreinte carbone 2020 des ordinateurs personnels sera trois fois plus importante qu’en 2002. Les ordinateurs portables auront dépassé leur homologue « postes de travail ». Ils deviendront, du coup la principale source, des émissions de gaz à effet de serre avec 22% de l’empreinte carbone globale des TIC. Les ordinateurs de bureau équipés d’écrans LCD représenteront 20% soit une augmentation de 16% depuis 2002.

Afin de réduire les émissions GES des ordinateurs prévues pour 2020 en-dessous de leurs niveaux de 2002, il faudrait accroître de 95% l’efficacité énergétique des appareils. Cela n’est pas impossible et de nombreuses technologies, parfois encore naissantes, sont surveillées de près. Le passage aux disques SSD, l’augmentation de l’espérance de vie d’appareils, l’amélioration du rendement de l’alimentation, des batteries, l’apparition de l’ordinateur quantique, l’arrivée d’écran LCD toujours plus économes, la mise automatique et automne de gestions poussées de l’énergie en fonction de l’activité sont autant de terrains prometteurs.

Source : GinjFo/SMART 2020.

Jerome G

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page