Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Ericsson devient conseiller en environnement, le temps d’une mission

Ericsson devient conseiller en environnement, le temps d’une mission

Ericsson vient de signer son premier contrat de services d’efficacité énergétique et de développement durable avec un opérateur grec, Cosmote. La firme doit ainsi répondre à des attentes de son client dans des besoins d’économie d’énergie et d’optimisation de son réseau.

C’est une première pour Ericsson qui devient  un conseiller en environnement et en développement durable pour le compte de l’opérateur grec Cosmote. Sa mission a des objectifs multiples dont les deux fers de lance sont la réduction des besoins en énergie et l’optimisation de la capacité du réseau.

Afin de connaître son ennemi, Ericsson a fait procéder à un audit énergétique approfondi effectué dans l’un des centres de données et de contrôle réseau de l’opérateur à Athènes.

De nombreuses mesures sont proposées afin de diminuer l’empreinte environnementale des infrastructures de Cosmote : éclairage basse consommation, « free cooling » (rafraîchissement par apport d’air extérieur), recablâge, transfert d’équipements, réduction de la demande énergétique du matériel informatique par la modernisation et la virtualisation, utilisation des déchets thermiques pour le chauffage et la climatisation grâce à des solutions telles que les échangeurs de chaleur, co- et trigénération.

Maria Boura, directeur marketing et stratégie au sein de la zone Europe du Sud-Est d’Ericsson, souligne que « ce contrat d’un nouveau genre confère à Ericsson un avantage concurrentiel en Grèce dans un domaine qui n’a pas encore été pleinement exploré par les autres fournisseurs du secteur des télécoms »

De façon plus générale, les opérateurs de télécoms sont de plus en plus confrontés  à améliorer leur efficacité énergétique afin de réduire leurs dépenses de fonctionnement et ainsi arborer  une stratégie verte répondant aux préoccupations des consommateurs. Maria Boura attire aussi l’attention sur « la perspective de nouvelles mesures réglementaires et fiscales relatives au changement climatique » qui poussent les opérateurs à se préoccuper par avance des conséquences de leur activité sur l’environnement.

Source : Ericsson

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*