Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Ericsson : Responsabilité d’entreprise et Développement durable

Ericsson : Responsabilité d’entreprise et Développement durable

Ericsson vient de publier son rapport annuel “Responsabilité d’entreprise et Développement durable”. Ce document met en lumière les efforts déployés par le constructeur dans le domaine environnemental.

Ainsi nous pouvons découvrir que les objectifs de réduction de la consommation d’énergie prévus en 2008 concernant le rendement énergétique de ses stations de base GSM et WCD ont été atteints et même dépassés. En parallèle face au déploiement et à l’adoption de la télécommunication dans le monde entier, Ericsson souligne “que les télécommunications jouent un rôle essentiel aussi bien dans la lutte contre le réchauffement climatique que dans le développement de sociétés à faible empreinte carbone“.

Son PDG Carl-Henric Svanberg renforce l’idée que les technologies de l’informatique et de télécommunication représentent une véritable chance pour combattre le réchauffement planétaire et ne doivent pas être écartées des futures négociations sur le climat “Nous souhaiterions que les TIC et les télécommunications soient à l’ordre du jour des négociations sur le climat qui doivent avoir lieu à Copenhague à la fin de l’année“.

En 2008, le groupe s’est fixé pour objectif de réduire son empreinte carbone de 40 % sur 5 ans, avec pour cette première année une diminution de 10 %.

Ce rapport annuel aborde aussi la politique du constructeur pour la démocratisation de l’accès aux communications, dans le cadre du projet “Villages du Millénaire”. D’autres initiatives de même nature sont également citées. 

Nous avons montré que notre technologie est source de progrès pour la vie au quotidien. La mise en place d’infrastructures de télécommunications en Afrique subsaharienne a par exemple permis aux populations les plus démunies d’accéder à des services et des informations de base, contribuant ainsi à l’amélioration de leur niveau de vie.

Ericsson a également mis sur  pied un centre d’innovation, composé de trois agences (au Nigéria, au Kenya et en Afrique du Sud), afin de  développer des applications mobiles spécifiques en attente aux besoins des populations subsahariennes, en particulier pour les zones rurales pauvres. Les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture et des petites entreprises, ainsi que de la météorologie sont visées.

Enfin il est disponible l’approche du constructeur afin de faire respecter son Code de conduite à ses fournisseurs.  Il s’agit de s’assurer que les fournisseurs comprennent et respectent les normes environnementales et sociales établies par Ericsson.

Pour lire ce rapport en entier c’est ici.

Un commentaire

  1. Pourvu qu’on ne trouve pas de tumeur au cerveau chez l’utilisateur intensif du GSM d’ici 20 à 30 ans. 0]

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*