Politique et économie

Google achète et vend de l’énergie éolienne

Google utilise trois axes de développement pour diminuer au maximum son empreinte carbone. L’achat d’énergie renouvelable fait partie de ce trio et le géant de la recherche annonce avoir conclu, avec la société Nextera un partenariat de 20 ans pour l’achat d’énergie éolienne.

Depuis 2007, Google travaille à réduire l’empreinte carbone de son activité.  Il s’efforce dans un premier temps de diminuer ses besoins avec différentes optimisations dans ses installations (bloc d’alimentation, refroidissement, Datacenter…). Il procède également à l’achat d’énergie renouvelable et à l’achat de compensation carbone, afin de neutraliser ses propres émissions.

Un accord vient d’être conclu entre Google, via sa filiale Google Energy LLC) et la société Nextera. Il fixe les conditions d’achat d’énergie éolienne à un taux fixe durant 20 ans. Google indique qu’il commencera à acheter en continu 114 MegaWatts à compter du 30 juillet prochain. Toutefois, il souligne “qu’intégrer une telle quantité d’énergie éolienne dans notre portefeuille est délicate mais cette puissance est suffisante pour l’approvisionnement de plusieurs centres de données.”

Cela signifie que le géant de la recherche va bien acheter de l’énergie renouvelable directement à la source  (ici issu d’un imposant parc éolien mis en service en décembre 2009 et composé de 100 turbines) mais va la revendre au réseau régional. Cela est possible depuis que la société a obtenu de la commission fédérale chargée de réguler l’énergie (FERC) une autorisation pour devenir fournisseur d’électricité.  

Le jour de cette annonce, Google avait justifié cette démarche pour avoir d’avantage de souplesse sur son approvisionnement en énergie renouvelable aussi bien à destination de ses DataCenters que pour son propre fonctionnement.  Il n’était donc pas prévu dans l’immédiat la mise en vente d’énergie par la firme surtout que cette dernière est encore loin d’avoir sa propre autonomie énergétique et ce malgré une production de 1,6 mégawatt par ses 10 000 panneaux solaires.

Mais les choses évoluent rapidement et la firme n’a pas caché ses ambitions sur ce point. Les propos de Niki Fenwick, porte-parole de la société, ne semblaient pas contredire cette possibilité à l’époque (il y a quelques mois seulement !) “nous souhaitons pouvoir acheter et vendre de l’électricité au cas où cela viendrait à faire partie de notre éventail de services”.

La possibilité s’est donc très rapidement transformée en réalité surtout que Google dispose d’un autre atout dans ce domaine avec sa solution PowerMeter, un service qui, couplé avec des compteurs électriques de nouvelle génération, permet un monitoring très précis sur un ordinateur des demandes énergétiques d’un habitat.

Bref, énergie renouvelable, Green IT, développement durable et business sont liés, il suffit d’avoir des idées, des ambitions et d’importants moyens.

Jerome G

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page