Politique et économie

Google peut vendre de l’électricité : De grandes possibilités à la clé

Le géant de la recherche Google vient de recevoir une autorisation pour devenir fournisseur d’électricité aux Etats-Unis, une nouvelle intrigante face à sa diversification sur le marché de l’énergie et ses différents projets comme le PowerMeter.

C’est au mois de décembre dernier que Google a souhaité faire une demande afin de vendre de l’électricité. Adressée à la commission fédérale chargée de réguler l’énergie (FERC)  ce souhait prend forme par la création d’une filiale, Google Energy dans l’état de Delaware.

La firme de Mountain View justifie sa démarche afin d’avoir d’avantage de souplesse sur son approvisionnement en énergie renouvelable aussi bien à destination de ses DataCenters que pour son propre fonctionnement.  AFP souligne que Google souhaite ainsi « identifier et développer des façons de limiter et gérer les coûts énergétiques ».

Il n’est donc pas prévu dans l’immédiat la mise en vente d’énergie par la firme surtout que cette dernière est encore loin d’avoir sa propre autonomie énergétique et ce malgré une production de 1,6 mégawatt par ses 10 000 panneaux solaires.

Google peut vendre de l’électricité : Intrigant !

Toutefois, il n’est pas exclu qu’en parallèle de cette démarche louable d’abaisser son empreinte carbone, Google vise aussi à mettre en place une stratégie de revente d’énergie auprès des professionnels.  Les propos de Niki Fenwick, porte-parole de la société, ne semblent en tout cas pas contredire cette possibilité « nous souhaitons pouvoir acheter et vendre de l’électricité au cas où cela viendrait à faire partie de notre éventail de services ».

Vendre de l’électricité et PowerMeter : Un duo gagnant ?

Rappelons que Google travaille aussi sur un projet nommé PowerMeter. L’idée avancée est de permettre la mise en place d’une nouvelle politique énergique en informant avec exactitude la valeur et l’origine de la consommation électrique existante. Il est logique de penser que  pour combattre une maladie il faut en connaître ses symptômes.

Selon Google, le fait de connaître la consommation de chaque appareil « permettrait de réduire de 5 à 15% la facture mensuelle d’électricité ».

Ce service couplé avec l’utilisation de compteurs nouvelle génération avec fonction de monitoring permet de suivre en temps réel sur un ordinateur quelles sont les demandes énergétiques d’une maison par exemple (télévision, chaine HIFI, réfrigérateur, chauffage électrique…).

Après cette phase de recueil d’information, PowerMeter  serait capable d’aiguiller sur la façon de mettre en œuvre des économies avec les bénéfices financiers et environnementaux (taux de CO2 en moins dans l’atmosphère) à attendre.

Google expliquait en 2009 avoir entrepris des pourparlers avec plusieurs fournisseurs d’électricité afin de mettre en place une norme de communication commune entre tous les modèles de compteurs.

Le fait de devenir officiellement fournisseur d’électricité ne serait-il pas un moyen aussi d’accélérer les choses pour  pouvoir mettre en place des solutions globales à destination des industriels avec en packaging la fourniture d’énergie propre, de compteurs intelligents, de solutions logiciels dans le suivi et la recherche à l’économie, le tout accessible par ses services Web ?

Google géant de la recherche sur le Web, vise-t-il aussi à devenir le géant de l’énergie verte et intelligente ?

Jerome G

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page