Politique et économie

Google reste en Chine mais arrête l’auto-censure

Google vient de prendre sa décision face à l’affaire de piratage informatique qu’il a subit sur le marché chinois. Bien que la semaine dernière certaines rumeur laissaient entendre un retrait possible de la firme du pays, Google vient de prendre la décision de rester mais en arrêtant de censurer son moteur de recherche.

Le géant de la recherche vient donc de trancher face à plusieurs possibilités qu’il avait annoncées. Il ne partira pas du marché chinois mais applique ce qu’il avait envisagé, c’est-à-dire l’arrêt de la censure de son moteur de recherche. Pour ce faire, une redirection a été mise en place sur le lien google.cn vers le lien Google.com.hk. Ainsi tout internaute chinois est automatiquement renvoyé vers le site hongkongais de la firme où les requêtes soumises au moteur ne sont pas astreintes à une obligation de filtrage.

Les autorités chinois ne semblent guère apprécier avec des réactions intimidantes comme Google a “fait une grave erreur” » ou encore Google “a violé la promesse écrite faite lors de son entrée sur le marché chinois”,  “Nous sommes opposés, de manière intransigeante, à la politisation des questions commerciales, et nous exprimons notre mécontentement et notre indignation à Google pour ses accusations et son comportement irresponsables“.

Sur le blog de la firme, cette démarche est justifiée avec l’espoir d’une certaines compréhension des autorités du pays : “Nous espérons vivement que le gouvernement chinois respecte notre décision bien que nous soyons tout à fait conscients qu’il pourrait bloquer l’accès à nos services à tout moment“.

Toutefois, le système interne de filtrage automatique en Chine reste opérationnel et certaines requêtes sur Google.com.hk peuvent toujours subir un blocage. L’AFP souligne que des sujets sensibles comme le Tibet ou la démocratie sont déjà quasiment inaccessibles.

Avec cette posture, Google semble faire une pierre deux coups. D’un côté il ne fait pas une croix sur un marché au potentiel très important et de l’autre défend d’une certaine manière des valeurs chères aux pays démocratiques.

Un bras de fer est donc en cours. La firme est consciente qu’un blocage permanent de google.com.hk est à tout instant possible mais elle laisse entrevoir sa bonne volonté en annonçant son souhait de maintenir pour l’instant en Chine ses divisions de recherche et vente, son portail musical gratuit ou encore ses services de cartographie et de messagerie Gmail. Ces services sont pour la Chine des sources importantes d’investissement et d’emploi.

Source : AFP, Le Monde

Jerome G

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page