Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Imprimante : Une politique programmée de déchets !

Imprimante : Une politique programmée de déchets !

Il est bien difficile de se passer d’une imprimante aujourd’hui. Avec l’avènement d’Internet, des services d’Etat en ligne, de la photo numérique et des achats en ligne, l’impression personnelle est devenue indispensable. Le choix économique des fabricants d’imprimante est une véritable aberration avec des tarifs prohibitifs sur les consommables au point de pousser au choix de racheter une imprimante neuve. Explications.

Sur le marché de l’impression, HP, Epson, Canon ou encore Lexmark proposent un nombre impressionnant de solutions jet d’encre. Les tarifs subissent la dure loi de la concurrence au bonheur du consommateur mais attention au côté obscure. Le choix d’une imprimante se fait en fonction de ses caractéristiques et de ses coûts d’acquisition et d’impression. Pour ce dernier, la politique mise en place est commune avec un nombre imposant de cartouches incompatibles entre modèle de même marque et surtout proposés à des tarifs très élevés.

Il serait facile de condamner une telle politique mais restons tout de même objectif. Une entreprise avec des salariés se doit de gagner de l’argent. Cependant ce choix de rentabilité basé sur les consommables est à l’origine d’une aberration poussant le consommateur à s’orienter dans certains cas au rachat d’une nouvelle imprimante au lieu d’un simple jeu de cartouche.

Imprimante Interact S605 de LexmarkPrenons un simple exemple, qu’il est possible d’appliquer à toute les marques.

Le tarif  d’une imprimante Lexmark  3 en 1 Interact S605 est de 75 euros environ. Le jeu de cartouche se compose de quatre références avec du noir, du Magenta, du Cyan et du jaune proposés respectivement à 19,95 euros et 12,95 euros (les couleurs) l’unité sur le site du constructeur soit un total de 58,80 euros pour un nombre d’impression limité annoncé entre 170 et 200 pages maximum.

Les versions « haute capacité » alourdissent encore la facture avec un total de plus de 100,09 euros pour un nombre d’impression de 600 pages maximum.

Cartouche 14N0820ECartouche 14N0900ECartouche 14N0902E Cartouche 14N0902E

Un rapide calcul montre que le second choix diminue nettement le coût à la page avec 0,16 centime contre 0.29 centime dans le premier cas. Le choix logique se veut donc de partir sur des cartouches « haute capacité » mais face au prix de vente de l’imprimante, il devient discutable de  faire un tel achat car, pour rappel, l’Interact S605 est proposée à 75 euros avec une garantie de un an et un jeu de cartouche neuve !!!

Il serait temps que tout ceci change car l’économie dans notre exemple est énorme. Une entreprise ou un particulier peut, avec notre exemple, économiser 25 euros à chaque renouvellement d’un jeu de cartouche tout bénéficiant à chaque fois d’un matériel neuf (nouvelles têtes d’impression) et garanti, certes le nombre d’impression est moins conséquent mais tout de même.

À propos Jérôme Gianoli

Journaliste issu d’une formation scientifique. Aime l'innovation, la High Tech et le développement durable. Soucieux du respect de la vie privée.

5 plusieurs commentaires

  1. « il devient discutable de faire un tel achat car, pour rappel, l’Interact S605 est proposée à 75 euros avec une garantie de un an et un jeu de cartouche neuve !!! »

    Il serait quand même bon de rappeler que les cartouches fournies avec une imprimante neuve sont des CARTOUCHES DE DÉMONSTRATION, et que même si le modèle économique des fabricants reste discutable, on ne peut pas comparer ces cartouches à celles achetées par la suite.

    L’article est biaisé car il manque cette nuance.

    • Nous l’avons souligné « Une entreprise ou un particulier peut, avec notre exemple, économiser 25 euros à chaque renouvellement d’un jeu de cartouche tout bénéficiant à chaque fois d’un matériel neuf (nouvelles têtes d’impression) et garanti, certes le nombre d’impression est moins conséquent mais tout de même ».

      Il n’en demeure pas moins que le consommable est trop onéreux. Il serait inconcevable que deux pleins d’une voiture reviennent à son prix d’achat avec quelques litres d’essence, non ?

  2. Tout à fait 🙂

    Je ne conteste pas le gaspillage organisé que représente ce modèle économique.

  3. Sans compter que les fabricants font également tout pour éviter les réparations d’imprimante.

    Il est aujourd’hui presque impossible de trouver des pièces détachées pour les imprimantes jet d’encre, sauf exceptions pour le haut/très haut de gamme.

    Et comme par hasard sur les imprimantes premier prix c’est toujours la même pièce qui casse …

    (Travaillant dans un atelier informatique, je dis ceci en connaissance de cause.)

    En tous cas dans un monde où on nous demande de faire toujours plus d’efforts (à juste titre) pour réduire le gaspillage, les fabricants d’imprimantes devraient être pénalisés afin de les forcer à chercher d’autres solutions.

    Des imprimantes plus robustes et durables, et plus chères forcément, avec une référence de consommable pour toute la gamme, ce serait plus logique … mais le consommateur veut du pas cher aujourd’hui, alors de qui vient réellement le problème ?
    On se dirige dans la même direction avec les PC portables, les 1ers prix sont aussi des « jetables ».

  4. Tout à fait d’accord avec vous, les constructeurs se gavent sur les consommables (avec des prix au litre compris entre 1500 à 2000 € !).
    Un des problème également c’est que les constructeurs proposent des imprimantes à des prix dérisoires, alléchant pour le budget du client mais qui sont vraiment peu fiables et qui se retrouvent trop facilement à la poubelle car irréparables ou pas de pièces disponibles pour réparer.
    Sans compter la multiplication des références de cartouches à chaque fois qu’un nouveau modèle d’imprimante sort pour obliger le client à délester de nouveau son portefeuille.
    Il y a 4 ans, nous avons mis en place la collecte de cartouches auprès de notre clientèle, en quelques jours nous en avons ramassé près de 300 Kg ! A la vue de ce gâchis généré par cette politique commerciale, nous avons commencé à chercher comment réduire les déchets et réduire les coûts d’ impression de nos clients.
    Nous avons d’abord proposé des Kits CISS (autonomie comparable à un toner laser mais le système restait fragile et peu pratique) puis nous avons testé les cartouches rechargeables et là, nos clients ne jurent plus que par ça ! Beaucoup moins de déchets car les cartouches sont en plastique et de bonne facture et des économies sur le prix de l’encre avoisinant les 80% pour une qualité d’impression équivalente.
    Malheureusement cela reste encore trop méconnu du grand public, les grandes marques ont toujours dénigré les cartouches compatibles, toujours dans le but de maintenir leurs ventes.
    Il faut savoir que les consommables représentent entre 50 et 60% du CA de la division « Impression » des fabricants, donc ils ne sont pas prêts à lâcher le morceau…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Technologie SSD

SSD de 128 et 256 Go, bientôt des tarifs de 50 et 70 dollars

C’est inéluctable, la technologie SSD va continuer à baisser en tarif. Selon ...

DRAM Hynix

DRAM et NAND Flash, une augmentation des prix est avancée

Des incertitudes pèsent sur la stabilité du prix des puces DRAM et ...

Haswell Refresh, une liste de prix débarque, Intel veut surprendre ?

Intel s’apprête à lancer plusieurs nouveautés en matière de processeurs avec Haswell ...

banner