Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Les Datacenter européens de plus en plus énergivores

Les Datacenter européens de plus en plus énergivores

En raison du coût d’une facture énergétique plus élevée, la maîtrise des dépenses énergétiques d’une entreprise devient une évidence, bien au delà d’un simple souhait éthique et d’une démarche répondant à l’effet de mode du marché.

Le secteur informatique ne devrait pas échapper pas à cette règle et pourtant selon IDC, groupe de conseil et d’étude des technologies de l’information, la consommation des Datacenter européens a augmenté de 13% entre l’année 2006 et l’année 2007 et ce malgré les hausses successives des coûts de l’électricité.

Les principales causes seraient d’ordre matériel avec l’adoption de processeurs multicores et l’arrivée de nouvelles fonctions au cœur des DataCenters mais s’expliquerait également par l’augmentation du parc de serveur installé.

Il semble que les efforts des constructeurs vers des composants moins gloutons en énergie ne suffisent pas à au moins égaliser l’augmentation des besoins que réclament ce secteur. Une remise à plat de l’architecture même des Datacenter, en vue d’optimiser les besoins de climatisation et la distribution de l’énergie, est mise en avant comme solution.

Les choses semblent ne pas encore évoluer pour 2008 où on devrait enregistrer une nouvelle augmentation de l’ordre de 5 % des besoins en énergie malgré une économie mondiale quelque peu secouée.

En parlant chiffre,  IDC annonce une consommation électrique des serveurs européens pour 2007 de 16,3 TW/h soit en terme financier une jolie facture d’un montant de 1,6 milliards d’euros ce qui pour être encore plus concret représente  "le double de la consommation de tout l’éclairage public et de la signalisation routière au Royaume-Uni" souligne IDC. En considérant les Datacenter, ce ne sont pas moins de 40 TW/h qui ont été nécessaires pour leur fonctionnent en  2007, soit 4,4 milliards d’euros et 2008 devrait battre ce record avec 42 TW/h.

Bref si les mentalités ne changent pas, IDC indique que l’on se dirige pour 2012 vers un coût énergique de fonctionnement approchant les 80% du coût d’équipement, en clair pour chaque euro dépensé en matériel, 80 centimes seront nécessaires pour le faire fonctionner (locaux, système de refroidissement, alimentation des serveurs, etc…).

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*