Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Pour une High Tech responsable : Nokia premier, Nintendo et Microsoft derniers

Pour une High Tech responsable : Nokia premier, Nintendo et Microsoft derniers

La 16ème édition du guide  « pour une High Tech responsable » vient d’être publiée pour Greenpeace. Samsung fait une très belle remontée dans le classement, Nintendo conserve la dernière place tandis que Nokia reste le leader aux yeux de l’association écologique.

Le guide « Pour une High Tech responsable » est un classement des plus importants acteurs du monde High Tech sur la question de leurs responsabilités environnementales. Les thèmes considérés sont nombreux et concernent l’élimination de certaines substances dangereuses pour l’environnement et la santé humaine, la politique énergétique ou encore les programmes de recyclage déployés. Greeanpeace se base uniquement sur les informations rendues publics sur le site Web de chaque compagnie.

Pour cette 16ème édition, les choses ne changent guère aux extrêmes. Nokia conserve la première place avec un score de 7,5/10. La firme se démarque sur ses politiques d’élimination des produits chimiques et énergétiques. Depuis 2006 l’ensemble des produits de la marque sont exempts de PVC tandis que tous les nouveaux modèles de téléphones mobiles et accessoires lancés en 2010 sont en cours d’être affranchis de composés bromés, chlorés et de retardateurs de flamme. Sony se place en seconde place (6,9/10) avec une note maximale sur les critères d’élimination de produits chimiques toxiques et une belle prestation sur les questions énergétiques.

La plus belle progression est signée Samsung qui réussit de passer de la 13ème place à la 5ème  place grâce à la levée de ses points de pénalités et une amélioration de son score sur sa politique d’élimination des substances dangereuses pour l’homme et la nature.

Apple de son côté chute de la 5ème place à la 9ème place. La marque conserve les louanges de l’association écologique sur sa position pour l’abandon du PVC et des retardateurs de flammes bromés. Toutefois, Greenpeace demande d’avantage de transparence et un éclaircissement de la position de la firme sur ses futurs plans d’élimination des produits chimiques (en interne ou pour le biais d’organismes).

Microsoft rejoint Nintendo sur les dernières places du classement avec un tout petit score de 1,9/10.  Le géant du logiciel n’a pas tenu ses engagements dans l’élimination des retardateurs de flammes bromés et du PVC d’ici la fin de l’année. Son calendrier indique 2012 mais son engagement à ne plus exploiter du PVC ne semble pas clair.  Greenpeace reproche également à la firme de ne pas soutenir la future révision de la norme européenne RohS 2.0 avec par exemple une interdiction immédiate des retardateurs de flammes et du PVC.

Enfin, Nintendo reste à la dernière place du classement avec  une notre 1,8/10. Des points sont accordés sur les questions d’élimination de substances dangereuses comme le PVC, les phtalates ou encore du béryllium. Toutefois aucun calendrier sur l’abandon définitif n’est disponible. Des efforts sont accomplis sur le principe de précaution, l’efficacité énergétique et la divulgation de ses rejets de gaz à effet de serre mais sa politique de gestion de ses déchets électriques et l’augmentation, pour la deuxième année consécutive, de ses émissions de CO2 pénalisent son score final.

Pour lire, c’est ici : Pour une High Tech Responsable : 16 édition Fichier PDF

Cette dernière édition du Guide de Greenpeace montre le fossé qui se creuse entre les entreprises qui mettent en œuvre leurs promesses à être plus respectueuses de l’environnement et celles qui n’en ont pas. Nous retrouvons ainsi selon l’association certains fabricants de produits électroniques qui ne parviennent pas à tenir leurs engagements environnementaux tandis que d’autres arrivent à innover  et réaliser des avancées significatifs vers la commercialisation de produits moins polluants, plus  l’efficace au niveau énergétique, et développer dans une optique d’améliorer leur recyclage.

En tant que consommateur, nous pouvons également faire valoir nos souhaits. Nul besoin de grèves, il suffit juste de faire le bon choix lors de l’acte d’achat. Le pouvoir économique reste l’arme absolue !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*