Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Rustock à genoux : C’est 0,08 % des émissions mondiales de CO2 en moins !

Rustock à genoux : C’est 0,08 % des émissions mondiales de CO2 en moins !

Il y a quelques jours, la firme Microsoft en collaboration avec les autorités américaines ont mis hors d’état de nuire le réseau de PC Zombies Rustock. Des millions de Spams (courriers indésirables) envoyés par jour sont désormais impossibles. Les conséquences environnementales sont énormes !

Le spam n’est pas seulement un courrier indésirable mais aussi un moyen de perdre du temps, de l’argent et surtout synonyme de gaspillage énergétique.

Sa création, sa diffusion, sa gestion et les différents systèmes contre sa prolifération engendrent un coût énergétique important. Selon McAffee, éditeur de solutions logicielles anti-virus, l’activité du spam mondiale est à l’origine d’un gaspillage énergétique abyssal.

Si nous nous reportons à une étude de l’éditeur d’antivirus en collaboration avec ICF, consacrée au poids énergétique des Spams dans le monde, 33 milliards de kilowattheures (KWh) ou 33 terawattheures (TWh) sont nécessaires à cette activité (envoi, traitement, et filtrage des courriers indésirables) par année. Cela correspond à l’électricité consommée par 2,4 millions de foyers américains. Pour représenter un tel chiffre, il est à l’origine de la  production d’émissions de gaz à effet de serre équivalente à 3,1 millions de voitures consommant 7,5 millions de litre d’essence. Considéré à l’unité, un Spam équivaut à une émission moyenne de gaz à effet de serre de 0,3 grammes de CO2.

L’importante action de Microsoft et des autorités pour mettre à genoux le réseau botnet Rustock a un impact direct sur l’environnement. Actif depuis quatre années, Rustock serait responsable de 39% des pourriels dans le monde, soit un gaspillage énergétique pouvant être estimé au minimum à 12,87 TWh. Nous utilisons « minimum » puisque les chiffres de l’étude de McAffee datent de 2008 où “62 billions de messages de spam” ont été envoyés dans le monde. Avec la démocratisation de l’informatique, ces chiffres doivent sûrement être revus à la hausse.

12,8 milliards de kWH représentent approximativement  l’énergie électrique produite par 1,5 grandes centrales récentes au charbon. Avec une base de travail d’ICF estimant que les émissions liées au spam de tous les utilisateurs de messagerie sont de 17 millions de tonnes de CO2, nous obtenons  un arrêt de pollution de GSM (gaz à effet de serre) équivalent à presque 0,08 % des émissions mondiales de CO2 !!!

Voici une sacrée action environnementale, non ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*