Accueil / Espace environnement / Green IT / Politique et économie / Toute la presse sur son PC : pour le bien de la planéte

Toute la presse sur son PC : pour le bien de la planéte

Les initiatives sont multiples sur la toile dans le domaine de l’écologie.

Le réseau des réseaux est en effet un moyen disponible pour la mise en place d’une nouvelle façon de consommer. L’idée ici, lancée par Relay.fr, est de proposer à tous internautes gros consommateurs de magazines de télécharger de façon illimitée sur son PC n’importe quelles revues parmi 400 références moyennant un forfait d’abonnement mensuel inférieur à 18 €.

Malgré les coûts matériels liés à la mise en place d’une telle activité et les dépenses énergétiques découlant de son fonctionnant, les économies en papier, encre et transports sont non négligeables.

Ce forfait nommé Eco-Forfait stipule également que Relay reverse 1 €/mois à la fondation WWF dans le cadre d’initiatives de protection des forêts sèches de Nouvelle Calédonie. Le pari mérite d’être connu. 

Pour en savoir plus, c’est ici : Eco-Forfait

2 plusieurs commentaires

  1. Séduit par les avantages du support numérique (archivage peu encombrant des revues, disponibilité d’un moteur de recherche, économie de papier…) j’ai renoncé au confort de lecture du support papier et accepté à contre-coeur les contraintes du logiciel “propriétaire” pour tenter l’expérience.

    Elle a tourné court : les deux revues que j’achetais ainsi depuis plusieurs mois ont été retirées du catalogue suite à la mise en place de cet “éco-forfait” pour des raisons exposées par leur éditeur TECHAGE (http://puntal.techage.fr/forums/viewtopic.php?id=10319).

    L’alibi écologique d’un marchand d’armes reste à considérer avec circonspection : outre la pub de RELAY, voir par exemple LES NUMERIQUES
    (http://www.lesnumeriques.com/news_id-4860.html).

    jean-marie

  2. En effet, comme pour l’univers de la musique, les premiers pas sont difficiles et la peur de voir l’œuvre partagée en grand nombre importante.

    Personnellement je pense que ce type d’initiative est voué à évoluer peut être vers une sorte de Deezer «Presse», où petits et gros éditeurs seront jugés sur la qualité de leurs revues et non sur leurs poids financiers.

    Espérons le, en tout cas !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*