GinjFo

Surface Go, Intel a convaincu Microsoft de laisser tomber ARM

Tablette Surface Go de Microsoft

La gamme Surface s’est enrichie il y a peu de la Surface Go. Cette tablette 2 en 1 a fait couler beaucoup d’encre en raison de son positionnement tarifaire.  Elle embarque un processeur Intel mais à l’origine Microsoft avait fait un choix différent.

Bien que sa puissance soit très modeste, la Surface Go fonctionne grâce à un processeur Intel. Nous retrouvons en cœurs de sa mécanique un Pentium Gold 4415Y de 7ème génération.  A l’origine le géant du logiciel avait prévu d’équiper son produit d’un processeur ARM afin de mettre en avant son Windows 10 sous cet environnement.  Intel a cependant joué un rôle clé pour changer les choses.

Surface Go, Intel est intervenu

Selon Thurrott, Intel a insisté pour que Microsoft utilise ses processeurs en lieu et place de solutions ARM. Cette décision a finalement été prise afin de travailler sur le ratio performance/prix. La tablette a été conçue pour proposer la « qualité Surface » avec une puissance modeste permettant de répondre aux usages courants.

Surface Go de Microsoft est-elle idéale pour le jeu et la productivité ?

Le projet Windows 10 sur ARM a des difficultés à prendre son envol de problèmes de performances.  Il semble que Microsoft n’a pas encore en main un environnement capable de rivaliser avec son équivalent Intel.

Windows 10 ARM

« Pour une utilisation de tous les jours, la puissance d’un PC n’est plus nécessaire. Autrefois véritable valeur ajoutée elle est désormais encombrante et problématique. Elle engendre des soucis de consommation, de bruit ou encore de taille. Ce trio est incompatible avec la mobilité et la compacité.

L’approche de proposer une version allégée de Windows 10 sous en environnement ARM est de répondre à cette réalité en s’opposant frontalement à Android et iOS. »

Ce projet reste naturellement d’actualité mais nous ne savons pas si le groupe souhaite proposer son propre appareil exécutant cette plate-forme. Il travaille cependant avec des partenaires afin de finaliser une nouvelle série d’ordinateurs portables fonctionnant avec une puce Snapdragon 850. Si les choses se déroulent comme prévue, les premiers appareils sont susceptibles de voir le jour d’ici la fin de l’année.